Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 09:00

Marlowe.jpgO, it strikes, it strikes ! Now, body, turn to air,

Or Lucifer will bear thee quick to hell !

O soul, be changn’d into little water-drops,

And fall into the ocean, ne’er be found !

Enter Devils

My God, my God, lok not s fierce on me !

Adders and serpents, let me breathe a while !

Ugly hell, gape not ! Come not, Lucifer !

I’ll burn my books ! – Ah Mephistophilis !

 

Est-il besoin de rappeler l’histoire de Faust ? Brillamment intelligent, terriblement avide de connaissance, il décide d’apprendre les arts interdits de la nécromancie. Mais pour cela, il doit vendre son âme au Diable … Il hésite : son bon ange et son mauvais ange débattent au dessus de sa tête, mais l’attrait du pouvoir finit par le faire céder : il signe de son sang le terrible parchemin. Après tout, le Diable ne doit venir le chercher que 24 ans plus tard …

Mais au fur et à mesure que les années se passent, l’Enfer fait de plus en plus peur à Faust, et il regrette. Il voudrait revenir vers Dieu, mais le Diable ne le lui permet pas. Et n’est-il pas déjà trop tard ?


C’est une pièce de théâtre très inégale : il y a des passages admirables, et des passages très ennuyeux… Quand son valet prend le Clown comme valet ; quand Faust va s’amuser à Saint-Pierre de Rome, ou expose ses prodiges à un Empereur en mal de reconnaissance ; c’est long, burlesque et pas très intéressant.


Mais les autres passages … Les longs monologues de Faust ou de Méphistophélès … C’est splendide et poétique, d’une poésie un peu grivoise qui se montre par exemple dans la description des Sept Péchés Capitaux. J’ai beaucoup aimé aussi les hésitations de Faust entre plusieurs professions.

C’est surtout une pièce sur les tourments des remords : une éternité dans les flammes vs 24 ans de toute puissance, cela vaut-il le coup ? Ce côté tragique, se montre dans de nombreux passages, depuis le moment de la signature, jusqu’à la fin. A plusieurs reprises, Faust voudrait revenir vers Dieu, mais le Diable l’en empêche. C’est splendide et terrible.

 

Lu dans le cadre du Challenge Elizabéthain

challenge-elisabethain-1

et dans le cadre du Challenge God Save the livres !

Challenge-anglais

Partager cet article
Repost0

commentaires

S


Quel beau billet. Et depuis que je l'ai lu je me suis passé en boucle le superbe album de Sting "Songs from the labyrinth", chansons de John Dowland, musicien élisabéthain. Un vrai bon moment.



Répondre
C


Merci :) J'aime beaucoup ce CD aussi, même si je préfère les interprêtations plus classiques de Dowland. Quand j'étais petite et que je jouais de la guitare, j'ai souvent joué du Dowland et c'est
un style de musique que j'aime d'amour.



I


Excellent billet. J'ai eu la même lecture que toi. De très bons moments (surtout les monologues) et d'autres moins intéressants. Comme TheBursar, je trouve que le pire de l'histoire c'est qu'il
gâche vraiment ce qu'on lui offre. Payer le prix qu'il paie pour ce qu'il en fait, c'est assez médiocre quand même :-)



Répondre
C


Merci beaucoup :). C'est vrai que c'est assez pathétique d'avoir des ambitions si médiocres... Y-a-t-il une critique de Faust par Marlowe derrière (Faust n'est juste qu'un pauvre mec ...) ou
Marlowe s'amusait-il à rajouter des passages de farce pour amuser la galerie ?



C


Oui heureusement qu'il y a des passages sublimes (en particulier les 7 péchés capitaux) pour nous faire oublier les longueurs chez le Pape, entre autres...



Répondre
C


Ahhhhh, le Pape... C'est sur que si j'étais toute puissante, je n'aurais qu'une envie : aller faire des farces à Benoit XVI !



S


Je viens, enfin, de puvblier mon billet.


Complètement d'accord avec toi ma belle. Et ta dernière phrase est belle et terriblement vraie!



Répondre
C


Merci beaucoup ! Je vais aller lire ton billet...



T


C'est plus l'usage qu'il fait de ses pouvoirs qui fait que je trouve qu'il fait un mauvais marché, car il ne sert que ses caprices et ne cherche pas à utiliser ses pouvoirs pour laisser sa marque
dans l'histoire.



Répondre
C


Même 24 ans de toute puissance ne paient pas pour une éternité en enfer, je trouve ! Mais en plus, je suis d'accord avec toi ! Il utilise vraiment très mal son pouvoir !



Présentation

  • : Le blog bleu
  • : Le blog d'une curieuse, avide d'histoires, de récits, de livres, de film et d'imaginaire.
  • Contact

En passant

Envie de vacances, de bouquinage dans un jardin anglais, de farniente...

Recherche

http://www.wikio.fr

Archives

http://www.wikio.fr

Mon planning

Janvier 2013

Lecture commune approximative : Imposture, de Benjamin Markovits, avec George

 

9 Janvier 2013

Lecture commune : Silvia's lovers, de Gaskel, avec Titine

 

20 Janvier 2013

Lecture commune : Les Chouans, de Balzac, avec Maggie, Nathalie , Cléanthe et Marie

 

Février 2013

Lecture commune : La fausse maîtresse, de Balzac, avec Marie

 

4 Mars 2013

Lecture commune : Le temps des métamorphoses, de Poppy Adams, avec Tiphanie, Soukee et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : The scarlett letter, de Nathaniel Hawthorne, avec Noctenbule et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : Quelle époque !, de Trollope, avec Adalana, Shelbylee, Maggie et Titine

 

Avril 2013

Lecture commune : Les vagues, de Virginia Woolf, avec Cléanthe , Anis et Titine


21 Juin 2013

Lecture Commune : Petite soeur, mon amour, avec Valérie

 

 Juin 2013

Lecture de L'Argent, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Juillet 2013

Lecture de La débâcle, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Août 2013

Lecture de Le Docteur Pascal, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

7 Novembre 2013

Lecture de Le dernier Homme de Camus, dans le cadre du défi Albert Camus

Mes défis persos

On peut me retrouver : whoopsydaisy.jpg
Et j'en fais partie :
wildpal9.png
mythesetlégendes

souver10

D'autres blogs de lectures ?

Cuné a fait le compte et c'est !

 

Et Acr0 a recencé les blogs de fantasy, c'est ici