Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 16:28

pimientos.jpg(pas de citation ici, car je ne veux pas salir mon blog des phrases rapportées dans ce recueil)

Lorsque les éditions Pimientos m'ont proposé de m'envoyer un recueil qu'ils venaient de publier, un livre noir de la littérature française du XIXème, où la face raciste de la société française de l'époque apparait, j'ai accepté avec plaisir. L'approche, qui consiste à faire tomber de leur piédestal des auteurs reconnus en dévoilant leurs côtés les plus sombres, me plaisait beaucoup.


Au final, je dois avouer que la lecture de ce livre n'est pas très agréable : les textes choisis donnent une légère nausée qui va s'accentuant  (les Goncourt et Loti étant particulièrement répugnants). Insérés au sein de leurs romans respectifs, les passages réunis ici mettraient déjà mal à l'aise, mais les lire les uns à la suite des autres ne laisse pas le lecteur dans un état agréable ( et ce n'était sans doute pas le but).

Un autre aspect qui ne rend pas la lecture très plaisante est le côté fragmentaire de l'exercice. A part deux récits (Manette Salomon, de Goncourt et Le roman d'un spahi de Loti), si ouvertement racistes que les nombreux passages cités permettent d'en reconstituer l'histoire, les autres textes cités sont ici une description, là une scène, ici un dialogue complètement sortis de leur contexte, ce qui m'a gênée à la lecture.


Mais, quelque part, c'est le jeu du recueil, ma pauvre Lucette !


Cependant, j'aurais aimé que puisqu'on sortait le texte de son "sens littéraire" on lui donne un sens historique au recueil. Or, à part une brève introduction (9 pages) et une page de présentation devant chaque auteur présenté, qui n'est souvent qu'un jugement moral, le recueil livre les textes de manière brute. Or, sans être historienne ni spécialiste du sujet, il me semble que trois courants, de gravité différente, se dégage de ces textes.


Le premier, le plus ignoble, est celui des théoriciens du racisme : Renan, Goncourt, Loti, avec des propos nauséabonds, tentent de démontrer pourquoi l'inégalité entre les hommes est nécessaire et pourquoi les blancs doivent gouverner, tyranniser les autres. Une question qui n'est absolument pas abordée dans le recueil est d'ailleurs celle du rôle de la colonisation dans la mise en place d'une idéologie raciste : à quel point le racisme de la société française de l'époque était une manière de justifier les guerres de conquête de l'Afrique. Si tu veux tuer ton chien, tu dis qu'il a la rage ; si tu veux conquérir un pays, tu dis qu'il est peuplé de sous-hommes barbares...

 

Le second type de texte est celui de romanciers qui utilisent des stéréotypes de leur époque dans leurs romans : Esther, la belle juive de Splendeur et Misères des courtisanes, (Gobseck juif, l'usurier de la Comédie Humaine n'est étonnament pas cité), Llanga le gentil noir un peu bête de Jules Verne, vont constituer des archétypes que le lecteur va immédiatement reconnaître. Propos coupables, certes, mais qui en disent plus sur l'imaginaire de l'époque que sur autre chose. D'ailleurs, les auteurs qui se rendent coupables de ces textes sont généralement les auteurs des romans les plus vendus à l'époque. Comment verra-t-on dans 100 ans nos best-sellers où les femmes sont forcément des pipelettes, et où les hommes ne pleurent pas parce que ce n'est pas viril ? Misogynie, sexisme, ou bêtise pure et simple ?

 

Le troisième type de texte correspond à la mode scientifique qui cherchait, dans les traits physiques, dans l'origine géographique ou raciale, des caractéristiques morales. C'est l'époque où est née la légende de la bosse des maths, où on cherchait sur les crânes des condamnés la bosse du crime. Qu'y-a-t-il d'étonnant à ce que Stendhal cherche dans la population française les descendants des Gaels, des Kymri, des Francs, ... ? Et ne nous rendons-nous même pas coupable des mêmes crimes lorsque nous expliquons que les bretons sont têtus, les corses colériques et les parisiens hautains ? Est-ce de la même gravité que les propos de haine et de violence raciale prônés par les Goncourt ou Loti ?

 

Que les distinctions que je dresse là soient poreuses, j'en suis consciente. Mais mettre tous ces textes au même niveau me semble desservir le propos même du recueil.

 

Enfin, une dernière chose m'a gênée dans ce recueil : l'absence totale d'auteurs femmes. On pourrait se féliciter que George Sand ou Marie d'Agoult n'ait pas été racistes, mais ces auteurs ne sont même pas citées aux côtés de Flaubert, Nerval, Gautier parmi les écrivains ouverts d'esprit. Et je crois me rappeler que passages dans la Comtesse de Ségur qui m'avaient mise très mal à l'aise étant enfant, aurait peut-être mérités de ses retrouver, hélas, dans ce recueil.

Alors, est-ce à dire que la littérature écrite par des femmes n'est pas considérée comme de la vraie littérature ? Ca serait dommage pour un recueil qui cherche à dénoncer les discriminations ...

 

Merci en tout cas à Pimientos pour ce partenariat.

Partager cet article

Repost 0
Published by Céline - dans Lecture
commenter cet article

commentaires

claudialucia ma librairie 01/04/2013 16:24


Très bon billet. j'ai beaucoup aimé ton analyse. Je suis en train de lire Renan  et n'ai pas encore rencontré de textes racistes ; il paraît que Sand a écrit des textes anti-juifs mais je
n'en ai jamais lu. Cela m'étonne de la part d'une femme ouverte qui cherchait toujours à s'affranchir des préjugés de son époque et de sa classe; parce que c'est vrai qu'il est difficile même
pour un écrivain de ne pas être prisonnier de son temps. J'ai été horrfiée par les propos xénophobes de Charlotte Bronte qui méprisent les autres peuples et en particulier les français, persuadée
de la superriorité de la race anglo-saxonne.

Céline 02/04/2013 08:35



Les propos des anglais sur les français, au XIXème, me font toujours beaucoup rire : ils sont tellement ridicules ...


Je n'ai jamais lus de textes de Sand montrant du racisme ou de l'antisémitisme, même si, vu le context de l'époque, je ne serais hélas pas étonnée d'en croiser.



maggie 30/03/2013 06:29


Ta critique est extrêmement bien argumenté ! Je n'ai aps eu le courage et l'envie de lire ce recueil...

Céline 01/04/2013 13:50



Merci !


Je suis partie d'une idée bête : les recueils de ce genre me permettent parfois de découvrir des auteurs et j'avais envie de tester. Mais comme les auteurs ne sont pas sous leur meilleur jour là
(euphémisme), je me crée plutôt une liste d'auteurs à ne pas lire...



La lyre 29/03/2013 22:32


Intéressante cette critique! J'étais très intriguée par cet ouvrage qui promettait de dévoiler la face cachée et "honteuse" de certains de nos grands auteurs, mais la construction de ce recueil,
telle que tu la décris, fait en effet réflechir.
C'est dommage (et presque scandaleux) de ne pas resituer ces extraits dans un contexte. Car tout, hors contexte, peut devenir choquant et inacceptable... 

Céline 01/04/2013 13:49



Merci !


L'introduction essaie de resituer dans le context, mais le fait dans un registre moral : pour caricaturer, les auteurs sont gentils (Nerval), méchants (Verne), ou très très très méchants (Loti).
Et oui, certains des propos de Loti sont inacceptables.
Mais je ne trouve pas ça très intéressant : on sait que le XIXème était raciste et en lisant régulièrement des auteurs de cette époque, on en a hélas souvent la preuve. Je trouve dommage que la
personne qui a rassemblé ces textes n'essaie pas de sortir d'autres types d'informations des textes : pourquoi le racisme à cette époque qui, justement, s'ouvre de plus en plus sur le monde ?
Comment il s'exprime ? Pourquoi ce type de préjugés (le juif vicieux, l'arabe menteur, le noir bête) ? Qu'est ce que ce racisme et ce type de racisme révèle sur la société et les auteurs en
question ? Comment il s'exprime ?
Je trouve le travail à moitié fait. C'est dommage car l'approche aurait pu être passionnante.



Présentation

  • : Le blog bleu
  • : Le blog d'une curieuse, avide d'histoires, de récits, de livres, de film et d'imaginaire.
  • Contact

En passant

Envie de vacances, de bouquinage dans un jardin anglais, de farniente...

Recherche

http://www.wikio.fr

Archives

http://www.wikio.fr

Mon planning

Janvier 2013

Lecture commune approximative : Imposture, de Benjamin Markovits, avec George

 

9 Janvier 2013

Lecture commune : Silvia's lovers, de Gaskel, avec Titine

 

20 Janvier 2013

Lecture commune : Les Chouans, de Balzac, avec Maggie, Nathalie , Cléanthe et Marie

 

Février 2013

Lecture commune : La fausse maîtresse, de Balzac, avec Marie

 

4 Mars 2013

Lecture commune : Le temps des métamorphoses, de Poppy Adams, avec Tiphanie, Soukee et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : The scarlett letter, de Nathaniel Hawthorne, avec Noctenbule et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : Quelle époque !, de Trollope, avec Adalana, Shelbylee, Maggie et Titine

 

Avril 2013

Lecture commune : Les vagues, de Virginia Woolf, avec Cléanthe , Anis et Titine


21 Juin 2013

Lecture Commune : Petite soeur, mon amour, avec Valérie

 

 Juin 2013

Lecture de L'Argent, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Juillet 2013

Lecture de La débâcle, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Août 2013

Lecture de Le Docteur Pascal, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

7 Novembre 2013

Lecture de Le dernier Homme de Camus, dans le cadre du défi Albert Camus

Mes défis persos

On peut me retrouver : whoopsydaisy.jpg
Et j'en fais partie :
wildpal9.png
mythesetlégendes

souver10

D'autres blogs de lectures ?

Cuné a fait le compte et c'est !

 

Et Acr0 a recencé les blogs de fantasy, c'est ici