Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 00:00

ic_7b37d674fe5df98c071d810734b285a8_xle_nom_des_ge-copie-1.jpgL’avis de B :

 

Voilà une comédie sympathique, bien joué, bien écrite et au rythme enlevé.

 

Arthur Martin est un homme discret et coincé, il s’occupe d’autopsier des oiseaux morts, ce qui, en pleine grippe H5N1, lui permet d’accéder au sommet de la reconnaissance sociale (spéciale dédicace à Céline) : intervenir au téléphone sonne. C’est là qu’il déchaîne les foudres de Bahia Ben Marmoud, une sorte d’écervelée dont la spécialité est la conversion politique par le sexe.

 

Comme tout les oppose, ils vont forcément tomber fou amoureux l’un de l’autre. C’est ici la rencontre entre la raison, les pieds bien ancrés dans le sol (Artur est jospiniste) et la pagaille idéaliste la plus absolue, un peu (beaucoup !) déconnectée de la réalité (Bahia est bien gauchiste).

 

Sur ce synopsis de départ qui fait un peu penser à toutes les comédies sentimentales américaines, Michel Leclerc réalise un film original, notamment en s’ancrant autant dans l’aspect politique (ici les gens se définissent énormément par rapport à leurs opinions). Plus que ça même, il s’agit de deux façons d’entrevoir l’existence : entrer dans le moule, résigné ou tenter désespérément de changer le monde, notamment en exaltant tout ce qui permet de singulariser. Ce film dit encore beaucoup d’autres choses, parfois même un peu trop ce qui donne parfois l’impression de rentrer dans l’esprit de Bahia (un énorme foutoir).

 

En bref, c’est une petite comédie agréable et vivante, dans laquelle on rit beaucoup et que je vous conseille d’aller voir. Je ne cache pas cependant que j’ai parfois été agacé par le personnage de Bahia qui est un peu trop évaporé à mon goût.

 

 

 

 

L'avis de Céline

On nous posait l'an dernier la question de l'Identité Nationale, et les réponses qui étaient apportées , de la langue française au repas gastronomiques à la françaises, sentaient toutes une vieille France, traditionnelle, celle dans laquelle on croyait que nos grand-parents vivaient et que nous avons l'impression de voir s'échapper.

L'Identité Nationale ? Ce film donne la réponse : la France, c'est ça, c'est Arthur et Bahia, c'est leurs parents, ce sont leurs questionnements et leurs prises de positions. En tout cas, ma France, elle est beaucoup plus proche de celle là que de celle qu'on essaie de nous vendre.


Comment dire dans quel état m'a mis ce film ?

Quelque part, Arthur Martin, c'est moi. Dès les premières secondes du film, j'étais en territoire familier : Le Téléphone Sonne, l'émission qui berce mes fins d'après-midi depuis mon enfance (et Jospin n'est pas la seule guest star, il y a aussi Alain Bedouet !!). Dès les premières minutes, j'étais embarquée : la grippe aviaire, objet de mon mémoire de maîtrise, c'est un de mes sujets fétiches.

Et quand j'ai découvert qu'Arthur Martin était jospiniste, le processus d'identification était parvenu à son apogée (j'ai longtemps été jospiniste, violemment et passionnément).

A tel point que, comme Arthur, je suis tombée amoureuse de Bahia !

bahia.jpgJe suis donc complètement incapable d'avoir un avis objectif sur ce film : j'ai adoré, au plus profond de mes tripes. C'est vif, gai, intelligent, ça sort des sentiers battus et des idées rebattues. C'est tendre, aimant, amoureux, gai, et doux. C'est gentil.

C'est un film dont on sort avec le sourire aux lèvres, et l'envie d'être heureux.

Et pourtant, tous les thèmes qu'aborde le film, ne sont pas aisés : le communautarisme, le devoir de mémoire, les relations parents-enfants, le principe de précaution. Mais il le fait avec tellement de tendresse qu'ils deviennent inoffensifs.

lenomdesgens.jpg

Un défaut ? Un seul petit défaut ? La richesse impressionnante des idées qui traversent le film. Le nom des gens vise à avoir une idée sur tous ces grands sujets de société, et il y arrive, de manière très pertinente.

Sauf que ça fait beaucoup en deux petites heures, et que ce matériel aurait permis de faire de nombreux films, tous aussi intelligents. En particulier, je trouve que le thème du "devoir de mémoire" est la petite goutte d'eau qui fait déborder le vase. Je suis complètement d'accord avec l'analyse du réalisateur (il vaut mieux se souvenir de la vie que les gens ont vécu, de ce qui l'a remplie,  de l'humanité qu'il y avait en eux plutôt que de leur mort et leur statut de victime), mais ce thème est très éloigné de celui qui forme le pivot du film et apparaît un peu en trop.

Quoiqu'il en soit, c'est un plaisir indescriptible que ce film et je vous le conseille à tous passionnément.

 

Non, mais franchement, ce hurlement, il est génial, non ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

C


Il y a beaucoup de bonnes choses dans ce films mais je trouve que la réalisation n'est pas à la hauteur, mais film sympathique tout de meme, su mon blog ma critique plus détaillée
: http://www.cafecine.fr/2011/01/le-nom-des-gens/



Répondre
C


C'est un premier film, et il n'est pas exempt de défauts. Mais il a un dynamisme que j'aime beaucoup. Moi qui avait cessé de voir des films français au cinéma, j'y retourne de plus en plus !



S


Bonsoir,


j'ai été voir ce film hier soir et je l'ai tout simplement trouvé prodigieux. Voilà un film qui s'élève au-dessu de la cohue d'idées (déprimantes) qui sont véhiculées chaque jour par les media
sur l'état de la France, et des Français. C'est un film qui redonne espoir en l'avenir, qui redonne un peu d'estime à notre nationalité. Et cerise sur le gâteau : c'est comique ! J'ai beaucoup
ri.


Bonne continuation ;-)



Répondre
C


Je suis complètement en accord avec toi : j'ai beaucoup pensé au débat sur l'identité nationale en sortant du cinéma, et j'aime énormément la réponse que ce film y donne...



L


Un très bon film! Qu'est-ce qu'il m'a fait rire. ^^



Répondre
C


Pareil ! J'étais pliée de rire d'un bout à l'autre ...



L


mon gros coup de coeur 2010, et même plus ! J'ai jamais trouvé un film aussi percutant et drôle à la fois.A la fois un divertissement et un film qui fait réfléchir, le genre de film où l'on se
dit "si tout le monde va le voir, peut être que les choses vont avancer dans le bon sens".


Il est foisonnant c'est sûr, mais finalement j'ai trouvé que tout se complétait et se répondait. Le seul manque que j'y vois, c'est sur le nucléaire, le sujet est ébauché mais laissé en friche.


Je vous invite à aller voir ma critique (bouh je sais, de la publicité honteuse XD)



Répondre
N


J'ai vu ce film, et exactement comme Céline, littéralement adoré. Il y avait un moment qu'un film ne m'avait pas tant remuée... je n'en ai pas parlé sur mon blog car en ce moment je suis un peu
en panne de clavier, mais j'y viendrai sûrement!



Répondre
C


J'ai hâte de lire ton avis !!



Présentation

  • : Le blog bleu
  • : Le blog d'une curieuse, avide d'histoires, de récits, de livres, de film et d'imaginaire.
  • Contact

En passant

Envie de vacances, de bouquinage dans un jardin anglais, de farniente...

Recherche

http://www.wikio.fr

Archives

http://www.wikio.fr

Mon planning

Janvier 2013

Lecture commune approximative : Imposture, de Benjamin Markovits, avec George

 

9 Janvier 2013

Lecture commune : Silvia's lovers, de Gaskel, avec Titine

 

20 Janvier 2013

Lecture commune : Les Chouans, de Balzac, avec Maggie, Nathalie , Cléanthe et Marie

 

Février 2013

Lecture commune : La fausse maîtresse, de Balzac, avec Marie

 

4 Mars 2013

Lecture commune : Le temps des métamorphoses, de Poppy Adams, avec Tiphanie, Soukee et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : The scarlett letter, de Nathaniel Hawthorne, avec Noctenbule et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : Quelle époque !, de Trollope, avec Adalana, Shelbylee, Maggie et Titine

 

Avril 2013

Lecture commune : Les vagues, de Virginia Woolf, avec Cléanthe , Anis et Titine


21 Juin 2013

Lecture Commune : Petite soeur, mon amour, avec Valérie

 

 Juin 2013

Lecture de L'Argent, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Juillet 2013

Lecture de La débâcle, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Août 2013

Lecture de Le Docteur Pascal, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

7 Novembre 2013

Lecture de Le dernier Homme de Camus, dans le cadre du défi Albert Camus

Mes défis persos

On peut me retrouver : whoopsydaisy.jpg
Et j'en fais partie :
wildpal9.png
mythesetlégendes

souver10

D'autres blogs de lectures ?

Cuné a fait le compte et c'est !

 

Et Acr0 a recencé les blogs de fantasy, c'est ici