Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 10:37

northsouth.jpgJ'ai parfois l'impression d'être la dernière personne à découvrir cette mini-série. Bon, j'avoue, Maggie l'a découverte peu de temps avant moi ! Pourtant, ce n'était pas faute d'être conseillée par diverses personnes "Toi qui aime tant les period drama/Gaskell/Zola/le roman North and South, il FAUT que tu vois cette mini-série!" ou "Nan, nan, nan, tu peux pas dire que Colin Firth en Darcy est le sexiest man on Earth. C'est réservé à Richard Armitage en Thornton...".

Mais voilà, j'ai l'esprit de contradiction. Plus on me disait que North and South était une adaptation merveilleuse, plus je regardais Wives and daughters1, et plus on me chantait les louanges de Thornton, plus je succombais sur Darcy.

NSArmitage.jpg

Sauf qu'un froid soir de Novembre, avec une amie à qui j'avais déjà fait découvrir Jane Eyre, on errait désespérement en quête d'une nouvelle mini-série. Mes yeux sont tombés sur le DVD soigneusement empaqueté de North and South : "On m'a dit que c'était très bien. Et que l'acteur était craquant... Mais bon, après Rochester, ça va être difficile quand même". On a dépaqueté le DVD, on l'a glissé dans la fente.

Il était 21h.

Quatre heures plus tard, conquises, on couinait comme des souris, et on hésitait sérieusement à se faire une nuit blanche pour le regarder une fois supplémentaire.

 

J'aime beaucoup Elizabeth Gaskell et ses romans. Ce sont des chroniques de la vie quotidienne, un peu moins spirituelles que celles d'Austen, mais tout aussi confortables et chaleureuses, voire plus. Mrs Gaskell était mariée et était mère, et cela se sent dans le tendre bon sens qui parsème ses romans.

Mais des romans que j'ai lus de cette auteur, North and South est sans doute le moins "confortable". Il y a du Zola dans la description de cette ville ouvrière, pauvre et des antogonismes entre patrons et ouvriers. Sans donner de leçons de morale, sans "gentils ouvriers" et "méchants patrons" (ou l'inverse, d'ailleurs) Gaskell expose la complexité des relations de travail et de la lutte des classes.

 

NSMargaret.jpg

C'est à travers les yeux de Miss Margaret Hale (le "Sud") que l'on découvre tout cela. Margaret est la fille d'un pasteur, du sud campagnard et doux de l'Angleterre. Mais son père se sent obligé de démissioner de son poste, et part avec toute sa famille exercer le métier de professeur dans une ville industrielle du nord de l'Angleterre, Milton. Là, Margaret va découvrir la rude condition des ouvriers, et en garder une rancune tenace envers Mr Thornton (le "Nord"), ami et premier élève de son père, et également patron de l'une des entreprises. Thornton, quant à lui, va très vite succomber au charme de Miss Hale, malgré la froideur et le snobisme de la jeune fille. Mais Mrs Thornton, la mère redoutable de Thornton, veille et voit d'un très mauvais oeil l'attraction qu'exerce sur son fils cette jeune fille sans argent - l'excellente éducation de Margaret et le statut d'érudit de son père n'ayant aucune attraction sur cette femme.

 

J'ai vraiment beaucoup aimé l'adaptation qui est faite de cette histoire. Les libertés qui ont été prises avec le roman (la "première rencontre", par exemple, est légèrement plus brutale #euphémisme) améliore l'efficacité du roman et se justifient par la très grande richesse du roman, qui n'est pas forcément facile à adapter en quatre petites heures. Ce que j'apprécie, c'est que les aspects les plus sociaux du roman ne sont pas passés à la trappe pour favoriser la romance. Les difficultés de vie des ouvriers sont très bien montrées, comme le travail de titan de Thornton pour maintenir son usine à flot.

NSHiggins.jpg

Les ouvriers sont représentés par la famille Higgins (et Boucher, mais de manière plus anecdotique). Nicholas Higgins, le père (joué par Brendan Coyle qui est Bates dans Downton Abbey et qui est infiniment meilleur ici) est un bon ouvrier, bon travailleur, bon père de famille, syndicaliste et impliqué pour que les ouvriers retrouve leur paie d'avant la baisse de 5 shillings consentie quelques années auparavant. Sa fille, Bessie, amie de Margaret, est d'une santé fragile, atteinte par une toux persistante due à la poussière de coton.

NSBessy.jpg

C'est Thornton qui représente les patrons et il est souvent dit qu'il n'est pas le pire. Mais ce n'est pas par pure bonté d'âme qu'il s'intéresse à la santé de ses ouvriers : un travailleur en bonne santé travaille mieux, est moins souvent absent et est plus rentable. Sa dureté apparente est cependant compensée par un coeur tendre avec les gens qu'il aime : Margaret, au bout d'un moment, mais surtout avec sa mère. C'est l'une des plus belles relations mère-fils de la littérature, chacun laissant tomber sa froideur et son côté cassant pour témoigner d'une véritable affection, à coeur ouvert. Je crois que les scènes où John discute de son amour pour Margaret avec sa mère sont mes préférées.

NSArmitage4.jpg

Il faut dire que l'actrice (Sinéad Cusack) qui joue la mère est parfaite : son accent, ses traits arrivent à témoigner de son mépris absolu pour Margaret, son mépris modéré pour Mr Hale (un brave homme, mais étudier de latin, quelle idée !), et son amour farouche pour son fils.

NSThorntonmom.jpg

Margaret Hale (Daniela Denby-Ashe) est aussi très bien représentée. Elle s'éloigne certes peut-être de la froideur naturelle du personnage de roman, mais arrive parfaitement à témoigner du sentiment de décalage qu'elle connait, elle, jeune fille du sud civilisé, habituée aux manières raffinées des salons londoniens, en se retrouvant au milieu de ces barbares d'hommes du nord, uniquement intéressés par l'argent et le profit. Elle se sent plus à l'aise chez les ouvriers qui, malgré leur côté rustre, ont un plus grand coeur.

NSMargaret2.jpg

Mais la véritable star de cette mini-série, c'est Thornton, joué par Richard Armitage. Son personnage n'est cependant pas des plus faciles à jouer : il est pétri de contradictions et n'est pas fondementalement sympathique2. Son côté colérique et emporté, son entêtement, sa capacité à prendre tout ce que fait Margaret du mauvais côté3, le rendent très agaçant. Mais il sait adoucir son regard quand il regarde les femmes qu'il aime. Mais il est juste et droit quand il le faut. Mais Richard Armitage, avec son jeu excessivement fin (la scène où il regarde Margaret s'éloigner "Look back at me. Look at me" est juste parfaite. On lit dans son regard tout ce qu'il ressent), avec sa prestance, lui donne une complexité intérieure qui ne donne qu'une envie : mieux le connaître - surtout plus intimement.

NSArmitage2.jpg

Vous savez, cette scène dans P&P 95, où Darcy regarder Lizzie jouer du piano, chez Lady de Burgh, avec Fitzwilliam à côté, ce regard qu'il porte sur elle, plein d'amour et en même temps un peu bousculé par l'humour qu'elle exerce à ses dépend ? Armitage joue un Thornton qui lui ressemble.

 

Et je ne vous ai pas parlé de la beauté des images, du coton qui flotte dans l'usine, des scènes d'intérieur ; de la beauté de la musique qui donne tout son souffle à la série ; de la construction. On sent par moment que les décors sont un peu cheap, que les mises au point ne sont pas parfaites. Certains acteurs ne sont pas au niveau (la soeur de Thornton surjoue beaucoup trop). Mais c'est justement à partir de cette série qui devait être à bas coût et très oubliable qu'est née un film mythique. Et ça, chapeau.

 

 

1 Je maintiens que cette adaptation est une petite merveille de chaussons de Noël à enfiler quand il fait gris et froid dehors. Et puis, le Austen's boy est un scientifique, qui plus est un naturaliste darwiniste, et ça, ça ne peut que faire battre mon petit coeur.

2 spoiler : la première fois qu'on le voit, il est quand même en train de tabasser un ouvrier à terre. Certes, il est très sexy. Mais c'est pas très sympathique.

3 bon, en même temps, elle le lui rend bien...

Partager cet article

Repost 0
Published by Céline - dans Séries
commenter cet article

commentaires

Tietie007 03/03/2013 07:44


Moi je me rappelle de la série Nord et Sud avec Patrick Swayze, l'affrontement de deux amis durant la guerre de Sécession.

Céline 31/03/2013 19:15



C'est une autre série, qui parle de l'opposition entre le nord et le sud de l'Angleterre. Aucun rapport avec la guerre civile américaine !



Folfaerie 28/01/2013 21:24


Bienvenue au fan-club de Nord et sud alors :-)) Pour le moment, c'est ce roman que je préfère de tout ce que j'ai pu lire de Geskell. Me reste à découvrir Cranford.


L'adaptation BBC, je peux dire merci aux blogueuses, moi aussi j'ai adoré. Outre Richard Armitage (mais comment résister ?) j'ai eu un coup de coeur pour Sinead Cusak. Quelle magnifique actrice,
maintenant je l'imagine dans tout un tas de rôles et surtout des adaptations littéraires, en me disant, mais comment n'ont-ils pas pensé à elle ? Elle m'a enthousiasmée dans ce rôle un peu ingrat
il faut le dire.


Je crois que Richard Armitage aurait fait un Rochester très intéressant aussi...

Céline 03/02/2013 12:43



Tu as totalement raison, pour Sinead Cusack: elle ferait une excellente Lady Catherine de Bourgh, par exemple ! J'aimerais beaucoup voir d'autres films où elle joue car elle m'a impressionnée.



Constance 36 22/01/2013 22:14


A force de lire ddes bloggeuses sous le charme je vais bien finir par craquer ...

Céline 03/02/2013 12:38



Tu ne le regretteras pas :)



Claire 22/01/2013 20:47


Une série que j'ai découverte il y'a quelques années et que j'ai adoré. Depuis, je l'ai déjà regardée plusieurs fois.


Je trouve certaines scènes magnifiques (celles dans le Sud, celles des échanges de regard entre Thornton et Miss Hale, celles entre Thornton et sa mère (tu as raison: quelle belle relation
d'amour filial!), celle de la gare....) La musique m'a également beaucoup plu.


Et j'ai totalement succombé au charme ravageur et au talent de Richard Armitage (un acteur qui ferait oubllier Colin Firth et son darcy).  Daniela Denby-Ashe et Sinead Cusak sont également
très bonnes dans leur rôle.


 

Céline 03/02/2013 12:38



La musique est magnifique ! Je pense qu'elle joue un rôle important dans le charme de la série...



dasola 19/01/2013 17:31


Bonjour Céine, je viens juste de terminer de voir les 4 épisodes: très bien en effet. Je pense qu'il y a des coupes par rapport au roman mais cela donne envie de le lire. Je n'ai jamais rien lu
d'Elizabeth Gaskell. Et Richard Armitage est charmant avec son visage fin et étroit. C'est grâce à ton billet que je me suis procuré le DVD. Merci et bonne fin d'après-midi.

Céline 03/02/2013 12:37



Je suis ravie de t'avoir convaincue de la voir !


Je te conseille le roman : Mr Thornton a au moins autant de charme !



Présentation

  • : Le blog bleu
  • : Le blog d'une curieuse, avide d'histoires, de récits, de livres, de film et d'imaginaire.
  • Contact

En passant

Envie de vacances, de bouquinage dans un jardin anglais, de farniente...

Recherche

http://www.wikio.fr

Archives

http://www.wikio.fr

Mon planning

Janvier 2013

Lecture commune approximative : Imposture, de Benjamin Markovits, avec George

 

9 Janvier 2013

Lecture commune : Silvia's lovers, de Gaskel, avec Titine

 

20 Janvier 2013

Lecture commune : Les Chouans, de Balzac, avec Maggie, Nathalie , Cléanthe et Marie

 

Février 2013

Lecture commune : La fausse maîtresse, de Balzac, avec Marie

 

4 Mars 2013

Lecture commune : Le temps des métamorphoses, de Poppy Adams, avec Tiphanie, Soukee et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : The scarlett letter, de Nathaniel Hawthorne, avec Noctenbule et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : Quelle époque !, de Trollope, avec Adalana, Shelbylee, Maggie et Titine

 

Avril 2013

Lecture commune : Les vagues, de Virginia Woolf, avec Cléanthe , Anis et Titine


21 Juin 2013

Lecture Commune : Petite soeur, mon amour, avec Valérie

 

 Juin 2013

Lecture de L'Argent, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Juillet 2013

Lecture de La débâcle, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Août 2013

Lecture de Le Docteur Pascal, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

7 Novembre 2013

Lecture de Le dernier Homme de Camus, dans le cadre du défi Albert Camus

Mes défis persos

On peut me retrouver : whoopsydaisy.jpg
Et j'en fais partie :
wildpal9.png
mythesetlégendes

souver10

D'autres blogs de lectures ?

Cuné a fait le compte et c'est !

 

Et Acr0 a recencé les blogs de fantasy, c'est ici