Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 19:32

catchingfire.jpg"Western society is not alone in thinking that the way to a man's heat is through his stomach."

 

Richard Wrangham nous expose dans ce livre sa théorie : ce qui fait que l'Homme est Homme (avec toutes les caractéristiques que ça implique, comme le gros cerveau ou la posture debout), ce n'est pas la fabrication d'outils, ni le redressement sur ses pattes arrières. Non, ce qui fait que nous sommes Hommes, c'est parce que nous maîtrisons le feu et que cela nous permet de cuisiner.

Une telle affirmation ne pouvait que séduire la gourmande que je suis. J'ai donc décidé d'aller voir plus long son raisonnement.

 

allumagefeu.jpg


Premier point qu'il démontre : faire cuire les aliments permet d'en extraire plus d'énergie. Si bien que l'Homme ne peut plus survivre en ne mangeant que des aliments crus (ou alors ce sont des aliments issus de l'agriculture et donc sélectionnés pendant des milliers d'années pour augmenter leur valeur nutritive). Dans toutes les cultures, l'Homme fait cuire ses aliments ; tous les naufragés qui ont survécu ont, à un moment ou à un autre réinventé le feu.

La meilleure manière de faire un régime, c'est d'arrêter de faire la cuisine, et de tout manger cru : on gagne un tiers d'énergie en moins ! Pourquoi ? Déjà parce que la cuisson en déteriorant les membranes qui protègent les aliments (membrane conjonctif autour des muscles, parois cellulaires des tissus végétaux ...) aide à libérer les nutriments. Mais également parce qu'elle rend ces aliments plus digestes, tout en tuant les parasites qui pourrait y vivre.


Il démontre également que l'Homme est adapté à manger cuit : non seulement, notre tube digestif est plus court que celui des autres primates  (notre nourriture étant déjà pré-digérée par la cuisson, nous la digérons plus vite), mais nous avons aussi amélioré des mécanismes de réparation de l'ADN qui permettent de répondre aux dommages faits par les produits de Maillard lors de la cuisson.

 

Quel est l'avantage de la cuisson ? Nous donner plus de carburant pour cette usine terriblement consommatrice qu'est notre cerveau. La consommation du reste du corps restant la même, le surplus est allé à un organe qui ne demandait qu'à se développer : nos cellules nerveuses. Augmentant en taille, augmentant en connexions nerveuses, cet organe nous a permis de développer des outils, une industrie, des relations sociales élaborées et finalement, l'art ...

Mais parce qu'elle libérait du temps de digestion, la cuisine nous a également donné du temps pour faire autre chose que manger/baiser/dormir. Faire des outils par exemple. Ou aller vers un partage des tâches permettant à ceux qui sont doués de se spécialiser dans leur domaine de prédilection.


feu-homme-prehistorique.jpg

 

Il glisse après vers les avantages du feu. Comme il éloignait les animaux dangereux, nos ancêtres ont pu cesser de grimper dans les arbres pour passer la nuit. Ce faisant, un certain nombre d'adaptations de leurs pattes arrières (ou jambes ?) qui leur permettait d'effectuer cet exercice ont pu être remplacées par d'autres adaptations dédiées à la marche. Et en prenant du temps sur la nuit, des veillées ont pu se développer, qui ont contribué à rendre plus complexe encore la société humaine, et sans doute ont éveillé son imaginaire.


prehistoire.jpg

 

Enfin, il s'intéresse à un fait social, malheureusement très répandu dans le monde : ce sont généralement les femmes qui cuisinent (en tout cas au quotidien) et qui sont tenues responsables du manque de nourriture. L'homme ramène le gros gibier, la nourriture rare et extraordinaire qui va embellir le repas et s'occupe parfois des repas de fêtes. La femme s'occupe de la nourriture de base, et fait les repas quotidiens.

Dans de nombreuses sociétés, la femme peut se faire battre si elle ne prépare pas le repas en temps et en heure, ou si ce dernier est insuffisant. En revanche, son mari ne se fera pas reprocher d'être un piètre chasseur.

De manière encore plus étonnante, il nous décrit le cas de peuples où ce qui fonde un couple n'est pas la relation sexuelle, mais le fait de s'offrir à manger. Une femme peut coucher avec son voisin sans qu'on la considère unie à lui ; mais si elle lui offre à manger et qu'il l'accepte, ils sont considérés comme un foyer.

D'après Wrangham, cette organisation humaine est elle aussi due au fait de cuisiner : en cuisant des aliments, ceux acquièrent une valeur nutritive bien supérieure et deviennent très rentables. Il est donc facile d'imaginer que les femmes qui cuisaient leur nourriture se la faisait voler, et qu'elles ont eu besoin d'être protégées par un homme - lequel demandait tout pouvoir sur le repas après.

 

Que cette dernière hypothèse soit juste ou pas, il est difficile de le prouver. En tout cas, cette plongée dans l'histoire de l'espèce humaine, vue du côté de son alimentation est passionnante. Facile à lire, pleine d'anecdotes, intelligent et grand public, c'est un livre que je conseille à tous ceux intéressés par la Préhistoire !

Partager cet article
Repost0

commentaires

R. C. 19/02/2013 12:54


Il me semble également que la cuisson a permis de rendre la mastication plus aisée. De ce fait, réduisant au fur et à mesure la taille des muscles masticatoire crâniens (aujourd'hui disparus), la
cuisson a indirectement augmenté notre capacité cranienne.

Céline 28/02/2013 19:38



Effectivement, c'est un des arguments qu'il développe dans son livre, il me semble (même si mes souvenirs de lecture sont lointains). En tout cas, j'ai trouvé que l'ensemble de ses arguments fait
sens et est une approche très originale de l'interaction culture/biologie.



Sabbio 21/03/2011 10:33



Merci :)



Sabbio 21/03/2011 06:54



Cela a l'air très intéressant voire passionnant. Par contre, bien que n'étant pas du tout scientifique mais me fondant sur les lectures poussées d'alimentation naturelle et les bienfaits
du cru je suis surprise par le premier point... cela me laisse perplexe. Bon après je pense qu'ils 'agit d'un équilibre et que ni "tout cru" ni "tout cuit" en sont recommandables...



Céline 21/03/2011 10:07



Il explique cela très bien. La situation dans laquelle nous vivons actuellement, et en particulier, la quantité d'aliments que nous mangeons, n'a rien à voir avec celle de nos ancêtres. Ce qui
fait qu'une pratique culinaire qui a été un avantage adaptatif peut finalement se révéler maintenant être un désavantage.


Ce qu'il explique, c'est que 1/ dans un monde où la nourriture était rare, une pratique qui permettait d'en récupérer 1/3 de plus était vraiment bénéfique (alors qu'elle peut se révéler délétère
dans un monde comme le nôtre, où elle est trop abondante)


2/ que la cuisson provoque des produits de Maillard cancérigène, contre lesquels nous sommes mieux armés que les autres primates pour lutter


3/ et (mais je dis ça de mémoire) que nous avons moins besoin de vitamines que les autres primates, car nous sommes à aussi adaptés à une alimentation cuite, qui les supprime. Ce qui ne veut pas
dire que nous n'en avons pas du tout besoin non plus !



Présentation

  • : Le blog bleu
  • : Le blog d'une curieuse, avide d'histoires, de récits, de livres, de film et d'imaginaire.
  • Contact

En passant

Envie de vacances, de bouquinage dans un jardin anglais, de farniente...

Recherche

http://www.wikio.fr

Archives

http://www.wikio.fr

Mon planning

Janvier 2013

Lecture commune approximative : Imposture, de Benjamin Markovits, avec George

 

9 Janvier 2013

Lecture commune : Silvia's lovers, de Gaskel, avec Titine

 

20 Janvier 2013

Lecture commune : Les Chouans, de Balzac, avec Maggie, Nathalie , Cléanthe et Marie

 

Février 2013

Lecture commune : La fausse maîtresse, de Balzac, avec Marie

 

4 Mars 2013

Lecture commune : Le temps des métamorphoses, de Poppy Adams, avec Tiphanie, Soukee et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : The scarlett letter, de Nathaniel Hawthorne, avec Noctenbule et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : Quelle époque !, de Trollope, avec Adalana, Shelbylee, Maggie et Titine

 

Avril 2013

Lecture commune : Les vagues, de Virginia Woolf, avec Cléanthe , Anis et Titine


21 Juin 2013

Lecture Commune : Petite soeur, mon amour, avec Valérie

 

 Juin 2013

Lecture de L'Argent, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Juillet 2013

Lecture de La débâcle, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Août 2013

Lecture de Le Docteur Pascal, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

7 Novembre 2013

Lecture de Le dernier Homme de Camus, dans le cadre du défi Albert Camus

Mes défis persos

On peut me retrouver : whoopsydaisy.jpg
Et j'en fais partie :
wildpal9.png
mythesetlégendes

souver10

D'autres blogs de lectures ?

Cuné a fait le compte et c'est !

 

Et Acr0 a recencé les blogs de fantasy, c'est ici