Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 18:33

Le-sang-des-autres.jpg" - On ne paiera jamais trop cher. Paul me regarda avec dédain. Vous n'arriverez jamais à rien, parce que vous ne voulez pas payer.

- C'est facile de payer avec le sang des autres."

 

"Je pouvais payer avec mon corps, avec mon sang ; mais les autres hommes n'étaient pas une monnaie à mon usage ; quelle pensée souveraine se permettrait de les comparer, de les compter, de prétendre connaître leur juste mesure ?".

 

"Tranquillement, comme on croque une pomme, il lançait des grenades, il déchargeait son fusil. Les canons tiraient sur les chars et sur les camions blindés ; lui, son travail, c'était de tirer sur des hommes.Mais le béton, l'acier, la chair tout était matière. Il n'était qu'un rouage dans la machine de fer et de feu qui barrait la route à une autre machine."

 

Le sang des autres est un chef d'oeuvre. Le genre de chef d'oeuvre dont on sort changé, ému, bouleversé en se jurant de le relire. Le genre de chef d'oeuvre qui nous parle d'engagement, de responsabilité, de remords, de regrets, de vie que l'on essaie de vivre et qui nous dépasse, en le mêlant avec une belle histoire d'amour, tragique.

Le roman commence au chevet d'Hélène, blessée, mourante. A ses côtés, Jean revient sur leurs vies et les faits, les actes qui les ont conduits là, Hélène à mourir, lui à veiller la femme qu'il aime. Est-il responsable ? Si elle ne l'avait pas connu, elle ne serait pas là, dans ce lit. N'est-il qu'un cailloux que le pied de la jeune femme a cogné et qui l'a emmenée, de son propre choix à résister et à mourir ? Ou est-il la cause première de ce décès ?

 

"Assassin. Assassin. Je marchais dans la nuit, je titubais, je courais, je fuyais. Il était là, tranquille, au milieu de ses poèmes et de ses livres. Je l'ai pris par la main, je lui ai donné un revolver et je l'ai poussé sous les balles. Assassin. En haut de l'escalier, il y a Marcel, qui lit ou qui dort, dans l'odeur de peinture à l'huile, près de l'hippocampe immobile ; il attend Jacques. Je monte l'escalier ; je ne peux pas monter, je ne peux pas descendre, il faut que le temps s'arrête, s'engloutisse, que Marcel s'engloutisse, que le monde s'engloutisse ; et les marches sont solides sous mes pieds, chaque barreau est à sa place. Derrière la porte Marcel attend Jacques ; et moi, je suis là, et je vais parler. Un mot, et la chose va exister, elle ne cessera plus jamais d'exister. Un claquement sec, un mot, et le temps s'est lézardé, il est coupé en deux tronçons qu'on ne pourra jamais rejoindre. Je frappe à la porte."

 

Jean est un jeune bourgeois, un intellectuel communiste qui, ayant honte de sa situation familiale, est devenu ouvrier. Il pensait ainsi décharger sa conscience de la culpabilité de classe. Il n'a réussi qu'à en gagner de nouvelles raisons de se torturer : est-il responsable si un jeune homme qu'il a convaincu d'adhérer se fait tuer lors d'une manifestation ? Est-il coupable si un de ses discours conduit des hommes à la guerre ? Est-il coupable s'il ne fait pas ce discours, que son pacifisme lâche permet au nazisme de se répandre sur l'Europe ?

Jean est un très beau personnage, un très bel homme. Plein d'humanité et de sagesse. Qui se sent responsable de l'Humanité toute entière. Un homme qui doute, qui pense, qui se questionne. Trop peut-être, mais avec tellement de grandeur qu'on ne peut qu'être ému.

 

"L'air sentait la verdure et l'eau, avec des relents de friture. Déjà les ombres s'allongeaient. Une belle journée. Un petit tas de poussière dorée, presqu'impalpable, que le vent chasserait dans l'éther vide."

 

Hélène, qui partage la parole avec Jean, est une femme qui vit. Qui ne veut pas penser, mais saisir la vie à pleines dents. Face à Jean et à sa générosité sans limite, Hélène est égoïste : elle vit pour elle. Ce qu'elle veut, elle l'obtient, et elle suppose que les autres font de même. Qu'ils se défendent tout seuls comme elle se défend toute seule.

Mais, quand elle se trouvera face à l'horreur, quand les atrocités cesseront d'être lointains et qu'elle verra de ses yeux, elle luttera. Avec peut-être plus de courage que Jean.

 

"Mais il était trop petit pour comprendre. Il pensait que la faute était entrée en lui par surprise, parce que ses doigts crispés s'étaient ouverts, parce que sa gorge s'était dénouée. Il ne devinait pas qu'elle est cet air même qui remplit mes poumons, le sang qui coule dans mes veines, la chaleur de ma vie."

 

L'avouerai-je ? C'est Hélène que j'ai préférée. Face à Jean qui refuse aux autres le fardeau d'être responsables d'eux-même et de leur vie, Hélène leur donne cette chance. Face à Jean qui observe et questionne sa vie, Hélène la vit.

Quoiqu'il en soit, ces deux personnages (Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir ?), sont d'une beauté bouleversante. J'ai été profondément émue par leur vie. Et peut-être d'autant plus que je me suis reconnue dans les lieux qu'ils décrivent : c'est dans mon quartier, dans mon Paris qu'ils vivent. Ce restaurant où Hélène prend Jean en otage, il est à quelques dizaines de mètres de chez-moi. Qui sait ? Mes grand-parents y allaient peut-être dîner à la même époque. Ce film qui touche tant Jean, Métropolis, je l'ai vu récemment. Cette place de la Contrescarpe, je la parcours toutes les semaines - et y imaginer une rafle m'a fait frissonner. Tout d'un coup, l'horreur touchait mon quotidien...

 

"Je songeais à ce film que j'avais vu avec mon ami Marcel : une ville enfouie dans les entrailles de la terre, où les hommes se consumaient dans la souffrance et dans la nuit tandis qu'une race orgueilleuse goûtait sur de blanches terrasses toutes les splendeurs du soleil ; l'histoire finissait par une inondation, une révolte et dans un grand désordre d'alambics brisés, par une réconciliation lumineuse."

Partager cet article
Repost0

commentaires

B. 31/01/2011 11:17



C'est pour moi le plus beau livre de Simone de Beauvoir et plus largement l'un des plus beaux que j'ai jamais lu. C'est aussi le seul livre qui a suscité une telle émotion en moi que
quelques larmes ont perlé au coin de mes yeux lorsque je l'ai refermé (la dernière fois remontant à la mort de la maman du petit dinosaure au cinéma). 


Simone de Beauvoir reste en tout cas un pur géni littéraire; je n'ai jamais lu aucun roman d'elle qui ne soit pas un pur chef d'oeuvre. Je ne peux que vous conseiller de vous jeter sur la
librairie la plus proche pour dévorer tout ce qu'elle a pu écrire !


 



Céline 31/01/2011 14:43



J'aime bien prendre mon temps, pour goûter délicatement chacune de ces oeuvres ... Mais sinon, bien sûr, je suis d'accord avec toi !


Merci de m'avoir fait découvrir cette auteur, à côté de laquelle je serais peut-être passée sans toi.



Anne 29/01/2011 15:37



Rien lu et rien dans ma PAL de cette auteure ; il va falloir que j'y remédie quand même !!



Céline 31/01/2011 14:36



Oh oui !! Elle vaut le coup !!



kali 29/01/2011 14:11



Je n'ai lu que deux livres de Beauvoir, mais que j'ai adorés, je me demande pourquoi je n'en lis pas d'autres... Je ne connais pas celui-ci mais il a l'air chouette!!



Céline 31/01/2011 14:36



Si tu veux continuer la découverte de Beauvoir, je te conseille de continuer avec celui là !!



Tiphanie 29/01/2011 12:47



Ton billet me donne envie de découvrire ce titre, j'avais beaucoup aimé Mémoires d'une jeune fille rangée.



Céline 31/01/2011 14:35



Je ne l'ai pas encore lu, mais je compte bien le faire bientôt !!



maggie 28/01/2011 19:55



Je n'ai rien lu de cet auteur mais j'ai deux livres achetés exprès ! Je sais maintenant quel titre je vais encore acheter et lire !



Céline 31/01/2011 14:26



J'ai hâte d'avoir ton avis sur ses romans. C'est une auteur que je lis comme du petit lait !



Présentation

  • : Le blog bleu
  • : Le blog d'une curieuse, avide d'histoires, de récits, de livres, de film et d'imaginaire.
  • Contact

En passant

Envie de vacances, de bouquinage dans un jardin anglais, de farniente...

Recherche

http://www.wikio.fr

Archives

http://www.wikio.fr

Mon planning

Janvier 2013

Lecture commune approximative : Imposture, de Benjamin Markovits, avec George

 

9 Janvier 2013

Lecture commune : Silvia's lovers, de Gaskel, avec Titine

 

20 Janvier 2013

Lecture commune : Les Chouans, de Balzac, avec Maggie, Nathalie , Cléanthe et Marie

 

Février 2013

Lecture commune : La fausse maîtresse, de Balzac, avec Marie

 

4 Mars 2013

Lecture commune : Le temps des métamorphoses, de Poppy Adams, avec Tiphanie, Soukee et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : The scarlett letter, de Nathaniel Hawthorne, avec Noctenbule et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : Quelle époque !, de Trollope, avec Adalana, Shelbylee, Maggie et Titine

 

Avril 2013

Lecture commune : Les vagues, de Virginia Woolf, avec Cléanthe , Anis et Titine


21 Juin 2013

Lecture Commune : Petite soeur, mon amour, avec Valérie

 

 Juin 2013

Lecture de L'Argent, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Juillet 2013

Lecture de La débâcle, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Août 2013

Lecture de Le Docteur Pascal, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

7 Novembre 2013

Lecture de Le dernier Homme de Camus, dans le cadre du défi Albert Camus

Mes défis persos

On peut me retrouver : whoopsydaisy.jpg
Et j'en fais partie :
wildpal9.png
mythesetlégendes

souver10

D'autres blogs de lectures ?

Cuné a fait le compte et c'est !

 

Et Acr0 a recencé les blogs de fantasy, c'est ici