Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 00:00

Premieresannees.jpg"Mais lorsqu'on ne conçoit, comme il est arrivé chez nous jusqu'à cette heure, l'existence d'une femme que d'une manière toute relative, dépendante, impersonnelle en quelque sorte et subordonnée, quel esprit veut-on qui préside à l'éducation des filles ? Que pourrait-on leur enseigner sérieusement, solidement, quand on suspends toute leur destinée aux bienséances éventuelles d'un mariage tout de circonstance ? quand l'intelligence peut devenir une difficulté, la raison un obstacle, la conscience une occasion de lutte ou de révolte, dans une existence  où l'on ne peut prévoir d'autre vertu que la docilité au maître, la résignation au sort, quel qu'il soit ? Que dire, qu'enseigner dans de telles éducations, qui ne soit puérilité, futilité, vanité qu'un souffle emporte ?"

 

Marie d'Agoult est une de ces bas-bleu du XIXème siècle : une femme vive et intelligence qui s'estimait aussi digne qu'un homme de prendre la plume. Une sorte de George Sand avec qui elle partage un nom d'auteur masculin (Daniel Stern), une histoire sulfureuse avec un musicien (Frantz Listz pour Marie) avec qui elle s'enfuit et a quatre enfants.

George et elles sont longtemps écrit, pleines d'une admiration mutuelle ; mais leur rencontre mis fin à leur amitié : "plus naturellement douée, George Sand souffre rapidement de la raideur raisonneuse de Marie d'Agoult et de ses poses de femme du monde, tandis que cette dernière se montre jalouse de l'ascendant naturel que la forte personnalité de Sand exerce sur tout le monde, Liszt compris."

Lorsque Sand publie son journal, Marie d'Agoult décide que sa vie vaut bien la sienne et se met à la rédaction de ses mémoires. Ce sont les premières pages, de sa naissance à son mariage, que nous permet de lire la petite édition que j'ai entre les mains.

 

"Le jour suivant, je fut plus hardie ; sur un rayon le mieux à portée de ma main, je pris un volume, le plus petit, le plus joli ; je l'ouvris. Il y avait une gravure en tête ; c'était Le Diable amoureux, de Cazotte ; ç'aurait pu être pire."

 

Cette lecture me laisse avec des sentiments mitigés. J'ai d'une part l'impression d'avoir plongé en plein dans la vie d'une petite fille (riche) de la première partie du XIXème - une chose passionnante ! Des relations avec son père, de la question de son éducation, de ses sentiments religieux, de ses premières lectures, de sa puberté ou de la vie dans un couvent de jeunes femmes, je n'ignore plus rien. Et j'avoue que cette immersion m'a énormément plu : Marie est une femme intelligente, en avance sur son temps, au regard perçant sur ceux qui l'entourent, et ces pages s'enrichissent de ses observations. Les quelques pages sur l'hygiène au sein du couvent du Sacré-Coeur ouvrent les yeux sur le XIXème siècle : le corps, c'est le mal, donc il ne faut pas s'en occuper, et donc par exemple, pas le laver ...

Marie_d-Agoult.jpg

Et en même temps, la personnalité de Marie transparait à toutes les pages ... Je croyais l'aimer, car la Béatrix de Balzac que j'adore est inspirée d'elle, mais dès les premières pages, j'ai eu envie de la baffer.

C'est pas la modestie qui l'étouffe, la chère Marie ! Persuadée de descendre d'une des familles les plus nobles de France du côté de son père et d'une des famille les plus estimées de Francfort du côté de sa mère, elle nous le fait savoir - et pas qu'un peu ! Sa rencontre avec Goethe à l'âge d'une dizaine d'année est environnée d'une aura romantique très lourde ; la description des invités prestigieux de sa grand-mère dans sa maison de Francfort est complaisante à souhait. Elle s'étend si longuement sur la perfection de son enfance qu'on a envie de rayer de la carte le château de famille.

En deux mots comme en cent : Marie d'Agoult se sentait supérieure à tous et à chacun, et elle n'éprouvait aucun remord à montrer son orgueil.

 

Conclusion : c'est un petit livre à la fois très intéressant, et profondément agaçant. Je n'ai aucune envie de lire la suite de ses mémoires (et en plus, cette c*** a connu Balzac, Hugo, Dumas, Rossini, Chopin, et les autres, je suis certaine qu'elle s'en vante comme si c'est elle qui les avait créés !), mais j'ai passé un agréable moment deux cents ans en arrière durant ma lecture.

 

Lu dans le cadre du challenge Dame de lettres !

dame d11Et elle est enterrée au Père Lachaise ... (j'irais voir sa tombe, un de ces jours... Je suis certaine que c'est un truc très romantique et très lourd...)

deadauthor

Partager cet article
Repost0

commentaires

purplevelvet 21/02/2011 23:56



Pour les curieux, voici la tombe de Marie d'agoult - rien de bien exceptionnel-, le site répertorie les tombes célèbres ou originales de France et d'ailleurs vaut le détour ( et tenu par Monsieur
Landru, guide en cimitières! Ca ne s'invente pas!)


http://www.landrucimetieres.fr/spip/spip.php?article694



Céline 28/02/2011 14:52



Je m'attendais à quelque chose d'encore plus mirobolant. Celle là a une certaine allure, je dois dire :)



patacaisse 22/01/2011 15:44



J'habite au pied du Père Lachaise, ce qui fait que je vais me faire un plaisir d'avoir sa tombe à cette brave dame !


J'aime beaucoup la couverture de cette édtion également (comme les 4 autres que j'ai de cette collection).


Tu m'as donné envie de le lire.



Céline 25/01/2011 10:21



Je veux bien que tu me dises à quoi elle ressemble, sa tombe.


C'est merveilleusement XIXème, avec les qualités (j'adore cette période) et les défauts...



Syl. 13/01/2011 07:50



Je laisse la petite Marie pour les autres... A++



Céline 14/01/2011 15:43



Je te comprends ...



George 12/01/2011 15:26



d'où le "peut-être" !!!!



Céline 14/01/2011 15:42



J'imagine ...



George 12/01/2011 15:06



moi j'ai le volume en entier donc quelques 500 pages quand même !!!



Céline 12/01/2011 15:15



Je n'aurais pas tenu 500 pages en compagnie de Marie, je crois...



Présentation

  • : Le blog bleu
  • : Le blog d'une curieuse, avide d'histoires, de récits, de livres, de film et d'imaginaire.
  • Contact

En passant

Envie de vacances, de bouquinage dans un jardin anglais, de farniente...

Recherche

http://www.wikio.fr

Archives

http://www.wikio.fr

Mon planning

Janvier 2013

Lecture commune approximative : Imposture, de Benjamin Markovits, avec George

 

9 Janvier 2013

Lecture commune : Silvia's lovers, de Gaskel, avec Titine

 

20 Janvier 2013

Lecture commune : Les Chouans, de Balzac, avec Maggie, Nathalie , Cléanthe et Marie

 

Février 2013

Lecture commune : La fausse maîtresse, de Balzac, avec Marie

 

4 Mars 2013

Lecture commune : Le temps des métamorphoses, de Poppy Adams, avec Tiphanie, Soukee et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : The scarlett letter, de Nathaniel Hawthorne, avec Noctenbule et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : Quelle époque !, de Trollope, avec Adalana, Shelbylee, Maggie et Titine

 

Avril 2013

Lecture commune : Les vagues, de Virginia Woolf, avec Cléanthe , Anis et Titine


21 Juin 2013

Lecture Commune : Petite soeur, mon amour, avec Valérie

 

 Juin 2013

Lecture de L'Argent, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Juillet 2013

Lecture de La débâcle, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Août 2013

Lecture de Le Docteur Pascal, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

7 Novembre 2013

Lecture de Le dernier Homme de Camus, dans le cadre du défi Albert Camus

Mes défis persos

On peut me retrouver : whoopsydaisy.jpg
Et j'en fais partie :
wildpal9.png
mythesetlégendes

souver10

D'autres blogs de lectures ?

Cuné a fait le compte et c'est !

 

Et Acr0 a recencé les blogs de fantasy, c'est ici