Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 13:28

Frankenstein.jpg"Dans le domaine de la recherche scientifique, au contraire, il y a toujours matière à nouvelles découvertes, à de nouveaux émerveillements."

 

Victor Frankenstein est un jeune homme plein d'avenir. Né dans une famille aimanté, hélas endeuillée par le décès précoce d'une mère tant aimée, il est promis à son amie d'enfance, sa sœur de cœur, la douce Elizabeth. Alors qu'il atteint l'âge adulte, son père tant aimé l'envoie loin des siens, son frère chéri, son ami Clerval, son Elizabeth adorée, pour accéder à l'un de ses vœux les plus chers : apprendre la philosophie naturelle à Ingoldstad.

 

Il va apprendre, pour son malheur, et sa soif de savoir, l'éloignement des liens familiaux, vont le conduire au pire : se croire Dieu lui-même et créer la vie sous la forme d'un être pseudo-humain, fait d'organes pillés dans les cimetières et ramenés à la vie par l'électricité. Mais la créature est un monstre, abominable, et Frankenstein refuse d'en assumer la conséquence.

Tombant malade, alors que la créature s'enfuit dans la nuit, il reste des mois alité, incapable de partager avec son ami Clerval l'infâme acte qu'il a commis. Alors qu'il se remet doucement, une terrible nouvelle surgit : son jeune frère, l'innocent William, a été étranglé, et c'est une amie de la famille, une jeune fille naïve, incapable de faire du mal est accusée...

 

"La vision de ce que la Nature avait de grandiose avait d'ailleurs toujours eu pour effet d'ennoblir mes pensées et de m'amener à oublier les tracas passagers de l'existence."

 

J'ai enfin lu ce classique de la littérature fantastique … qui m'est plus apparu comme un classique de la littérature romantique. A part la naissance de la créature, mais que le narrateur assure pouvoir expliquer scientifiquement, même s'il s'y refuse, les thèmes que traitent le roman sont ancrés dans leur époque. Deux thèmes en particuliers, constituent la trame intime du roman : quelle est la responsabilité ? L'homme est-il bon par nature, ou est-il corrompu par la société des autres hommes et leur regard ?

La créature l'assure : elle était bonne à sa naissance, bonne et vertueuse. C'est le rejet de Frankenstein d'abord, son incapacité à assumer son acte, c'est le dégoût des De Lacey, ensuite, et celui de tous les autres hommes qui l'ont conduit à agir ainsi, à se venger sur d'autres êtres innocents du mal causé par des êtres moins innocents, corrompus par le savoir et la connaissance.

Car là est la faute première de Frankenstein, le premier péché : la soif de connaissance, chercher à comprendre comment marche le vivant, ce qui cause la vie. Et, second péché, Frankenstein est trop intelligent : il perce des mystères qui ne devraient être connus que de Dieu, ce qui le conduit au péché ultime : se prendre pour Dieu en créant un être vivant. Mais un être vivant à son image, monstrueux.

Parce qu'il sait, Frankenstein est chassé du Paradis, et apporte la peine et la misère sur ceux qui y restent : William, Justine, Clerval, Elizabeth, son père...

 

Bien sûr, ce thème ne peut que parler à la scientifique que je suis. Je ne crois pas qu'il y ait un mal quelconque à chercher à dévoiler la nature, à comprendre la vie, à savoir, toujours plus. S'il y a une responsabilité du scientifique sur la manière dont le savoir qu'il dévoile est utilisé, il y a aussi un devoir, qui est de ne pas s'arrêter dans la quête du savoir.

Ce qu'avait rêvé Mary Shelley est maintenant en train de devenir vrai. Pas à l'échelle d'un être humain, bien sûr, à celle d'une toute petite bactérie, une des plus simples, une bactérie que Craig Venter a recrée à partir d'un cytoplasme vide, mort, et d'une molécule biochimique, un génome complet synthétisé au laboratoire. Dans certains laboratoires, des chercheurs essaient de redonner vie à des mammouths, une espèce éteinte depuis plus de 10 000 ans. Si cela marche, ce sera bientôt, peut-être, l'Homme de Néandertal qu'on cherchera à faire revivre.

Que peut nous dire Mary Shelley de ces êtres nés de la science ?

 

Ces questions soulevées par ce roman m'ont passionnée, même si le roman lui même m'a parfois ennuyée. Le style est excessivement romantique, dans toute la glorification de la nature et de la vertu et des douceurs des jeunes filles comprises. Frankenstein lui même est un héros romantique, indécis, hésitant, faible, insupportable. Ses atermoiements sans fin ont fini par me lasser.

Quant à la créature elle-même, une fois admis qu'elle était capable de parler dans le plus pur des langages, son témoignage m'a plus intéressée. Son éveil à la vie, aux sensations, aux sentiments est magnifiques – même si son séjour auprès des De Lacey contient parfois des passages hors-sujet.

 

Au final, c'est un roman à lire, un classique, mais sans doute plus intéressant pour son romantisme et son rousseauisme. On est loin du fantastique et du gothique...

 

 

 

Lu dans le cadre du challenge Halloween 2012 - étape scandinave avec un peu de retard

Halloween

 

Lu dans le cadre du challenge romantique

Romantisme

Partager cet article

Repost 0
Published by Céline - dans Lecture
commenter cet article

commentaires

ferdinand 04/02/2013 11:45


Très belle évocation qui permet d'abord de faire lever les fausses idées que nous avons sur cette oeuvre. Frankestein n'est pas le nom du monstre mais du scientifique. Au-delà, oui je pense qu'il
y a une question sur le droit que nous pouvons avoir ou nous arroger de dépasser l'être ou le fini en les dépassant à l'instar de Pygmalion. Cet être à part qui est le résultat d'une soif
incroyable de connaissance n'est-il pas la créature mécanique et performante que le monde moderne va finir par créer et dont les premieres manifestations sont peut-être ces femmes extrêmement
belles que la médecine aide et qui semblent venues d'ailleurs


http://plasticien.doomby.com/pages/beaute/creature-de-reve.html

Céline 28/02/2013 08:43



C'est un livre passionnant et qui peut être lus avec de nouvelles lumières avec les progrès des sciences.



Méloë 02/01/2013 16:22


Je suis d'accord avec toi, le fantastique n'est pas si présent que cela dans ce roman. C'est plus un prétexte pour lancer l'histoire que réellement un ingrédient clé.


J'ai tout de même beaucoup aimé ce roman pour les pistes de réflexions qu'il lance. Et si tout comme toi, Frankenstein m'a vite agacée, j'ai beaucoup, beaucoup aimé la Créature.

Céline 02/01/2013 17:01



La Créature est un personnage vraiment touchant. Et la manière dont le monde des humains lui apparaît n'est pas la plus belle, hélas.



Tietie007 24/10/2012 08:10


 La créature échappe à son créateur, sorte de punition quasi divine infligé au Dr Frankenstein, qui a voulu mimer le Créateur. Cette orgueil prométhéen est la source de la catastrophe
finale. Mary Shelley, à l'époque, ne se situait pas sur la problématique de la science mais sur une autre, plus religieuse,  stigmatisant l'orgueil humain. Mais il n'en reste pas moins que
sécularisé et réactulisé, on peut voir dans ce duo infernal du savant et de sa créature, les dérives d'une science sans conscience, et une histoire qui peut prendre une nouvelle acuité avec les
expériences sur le clonage.

Céline 25/10/2012 18:07



Je suis complètement d'accord : le mythe créé par Mary Shelley est tellement fécond qu'il s'enrichi au fur et à mesure des époques.



Tietie007 23/10/2012 14:23


Certes, mais on peut y voir aussi une critique du progrès ou d'une science sans conscience.

Céline 23/10/2012 14:25



La critique du progrès a été ajoutée au mythe de Frankenstein, car je ne la vois pas dans le roman initial. La science de Mary Shelley est bien plus proche de l'alchimie que de la science
moderne.
Ce qu'elle critique, c'est l'orgueil humain qui veut se faire semblable à Dieu.



Tietie007 22/10/2012 13:29


Le mythe du progrès mis à mal, ou comment créer une créature qui vous échappe ...De l'improbabilité de jouer aux apprentis-sorciers.

Céline 23/10/2012 14:12



C'est pas forcément le mythe du progrès que critique Mary Shelley, mais l'hubris qui conduit Frankenstein à vouloir être Dieu, sans l'assumer derrière.



Présentation

  • : Le blog bleu
  • : Le blog d'une curieuse, avide d'histoires, de récits, de livres, de film et d'imaginaire.
  • Contact

En passant

Envie de vacances, de bouquinage dans un jardin anglais, de farniente...

Recherche

http://www.wikio.fr

Archives

http://www.wikio.fr

Mon planning

Janvier 2013

Lecture commune approximative : Imposture, de Benjamin Markovits, avec George

 

9 Janvier 2013

Lecture commune : Silvia's lovers, de Gaskel, avec Titine

 

20 Janvier 2013

Lecture commune : Les Chouans, de Balzac, avec Maggie, Nathalie , Cléanthe et Marie

 

Février 2013

Lecture commune : La fausse maîtresse, de Balzac, avec Marie

 

4 Mars 2013

Lecture commune : Le temps des métamorphoses, de Poppy Adams, avec Tiphanie, Soukee et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : The scarlett letter, de Nathaniel Hawthorne, avec Noctenbule et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : Quelle époque !, de Trollope, avec Adalana, Shelbylee, Maggie et Titine

 

Avril 2013

Lecture commune : Les vagues, de Virginia Woolf, avec Cléanthe , Anis et Titine


21 Juin 2013

Lecture Commune : Petite soeur, mon amour, avec Valérie

 

 Juin 2013

Lecture de L'Argent, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Juillet 2013

Lecture de La débâcle, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Août 2013

Lecture de Le Docteur Pascal, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

7 Novembre 2013

Lecture de Le dernier Homme de Camus, dans le cadre du défi Albert Camus

Mes défis persos

On peut me retrouver : whoopsydaisy.jpg
Et j'en fais partie :
wildpal9.png
mythesetlégendes

souver10

D'autres blogs de lectures ?

Cuné a fait le compte et c'est !

 

Et Acr0 a recencé les blogs de fantasy, c'est ici