Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 21:20

 

boonmee.jpg

L'avis de Céline

 

"Je ne sais pas si j'étais humain ou animal, une femme ou un homme..."

 

Il m'est assez difficile de faire cette chronique (je la repousse d'ailleurs depuis plusieurs jours), car l'avis que j'ai sur ce film n'est ni enthousiaste à 100%, ni terriblement mauvais. Ou alors il est les deux à la fois ce qui rend mes pensées peu claire et difficile à exprimer.

Je n'avais pourtant lu et entendu que des avis tranchés au sujet de ce film, et je me trouve toute perdue avec mon avis mitigé.

Commençons par les défauts, gros, énormes, monstrueux. Oui, ce film ne méritait pas la Palme d'or, en tout cas certainement pas d'une sélection où des films comme  Poetry ou Des hommes et des dieux concourraient. Oui, ce film a un scénario étrange, mal ficelé, bizarre, qui promène le spectateur un peu n'importe où. Oui, la fin est incompréhensible. Oui, les effets spéciaux sont pourris. Oui, techniquement, ce film a de cruelles lacunes.

Oui, mais. Mais c'est peut-être de ces défauts que vient cette étrange poésie qui l'anime d'un bout à l'autre. Comme un enchantement qui nait dès les premières images de ce film, dès les coups de museau de ce buffle dans une jungle bleuâtre. Je ne m'attendais pas à voir un film cartésien, et je n'y suis pas aller en cherchant à comprendre, mais à ressentir. Le scénario étrange incongrü ne m'a donc pas choquée, et j'ai même trouvé que l'accolement de ces scènes a-priori sans lien entre elles créait une beauté insolite. Que vient faire là cette princesse indoue et son poisson ? Je ne sais pas, mais la beauté mythologique de cette scène emprunt de beauté toute la suite du film...

Ce n'est pas un monde carré, rationnel, et si logique il doit y avoir, c'est dans les associations d'idées que procure l'accollement de ces scènes.

Comme on n'a pas la même culture que le réalisateur, on est pas sortis de l'auberge, je vous préviens !!

 

boonmee2.jpg


Ce film m'a donc semblé terriblement exotique (et en plus, la Thaïlande n'est pas un pays qu'on voit souvent au cinéma), et en même temps familier, pendant que j'ajoutais mes références aux images que je voyais. Serait-ce du à une lecture assidue de La Légende de la Mort chez les Bretons Armoricains ? Ces intersignes qui annoncent et accompagnent le décès de Boonmee ne m'ont pas dépaysée. Cette famille assemblée autour d'une table, un soir où le rideau avec l'autre-monde devient transparent qui pourrait-être un soir de Samain, je l'ai faite mienne. Qu'y a-t-il de si exotique à voir une princesse se faire aimer par un poisson, pour qui connait un peu la mythologie. Le poisson n'est-il pas un symbole plus phallique que, par hasard, l'oie de Léda, ou la pluie d'or de Danaë ? A voir les bijoux tomber en sacrifice au fond de la source quand on connait le fond des sanctuaires gaulois ?

 

Et puis finalement, qu'importe la compréhension de l'histoire, les messages, très nombreux, du réalisateur (politiques, sociaux, humanistes, religieux), le scénario complexe ? Mon imaginaire s'est enrichi dans ce film, de la beauté de l'eau troublée par les ébats du poisson, des bijoux tombant en silence sur les galets, de la masse sombre du singe se découpant sur les feuilles de la jungle, les yeux rouges, rubis, brillant dans la nuit, et de ce fantôme de femme qui, telle une vampire, vide son homme de sa lymphe et lui offre la mort...

 

(en fait, quand je me relis, je crois que j'ai vraiment apprécié ce film ;) )


 

 

L'avis de B.

 

Ce film est magique.

En effet, je suis entré dans la salle de cinéma en pleine forme, alerte, le poil brillant, l’œil vif et … j’ai lutté contre le sommeil, pour garder ouvertes mes paupières de plomb et pour étouffer mes bâillements. Le plus extraordinaire c’est qu’à peine sorti de la salle je me suis retrouvé parfaitement frais et énergique. Plus du tout envie de dormir.

Je ne sais quoi dire d’autre. Votre charmante bloggeuse préférée et moi ne sommes pas du tout d’accord. J’ai détesté ce film.

A quelques rares exceptions près, l’image est moche, les « effets spéciaux » lamentables (pour moi un bon effet ne se voit pas et quand on n’a pas les moyens d’en faire on évite au lieu de faire un truc cheap).

Enfin et surtout, j’achoppe totalement sur le scénario. Pour moi, un scénario est un liant, quelque chose qui sous-tend le film, lui donne sa cohérence (même si le film est parfois incohérent, mais dans ce cas c’est volontaire) ; pour moi un film est quelque chose de construit, pas un accolement anarchique de scènes. Le réalisateur vous propose des scènes dans un certain ordre, les filme d’une certaine façon et il y a une raison à cela, sinon c’est un catalogue.  J’oppose cette ossature dramatique au thème, qui pour moi est en deux mots le sujet. Le scénario développe et met en scène le thème, lie les scènes, comme le plan explicite la problématique – même si tous les films ne sont pas des dissertations et heureusement).

Oncle Boonme a un thème : un homme dont la mort approche se détache de sa vie (il solde ses relations avec ses proches morts et vivants et se détache tant qu’il en revoit ses vies antérieures). Oncle Boonme n’a, pour moi, pas de scénario : je ne comprend pas l’ordre des scènes, je ne comprends même pas ce que veulent dire certaines scènes et encore moins ce qu’elles foutent dans ce film ! Il n’y a pas d’autre lien entre les scènes que le fait qu’on peut les faire entrer dans le thème (à ce niveau là, on peut faire entrer dans votre estomac du poisson et du petit salé aux lentilles. C’est juste que le mec qui vous sert ça dans la même assiette vous lui demandez dans quelle poubelle il a appris la cuisine). Je reproche à ce film de ne rien expliciter (je ne suis pas idiot, je n’ai pas besoin que l’on fasse clignoter les étoiles dans le ciel quand un type parle de constellations – spéciale dédicace à un homme d’exception, lamentable chef d’œuvre du kitsch hollywoodien) mais il y a un seuil à ne pas dépasser.

Prenez Mulholland Drive de Lynch, ce film est parfaitement onirique, certaines scènes paraissent incompréhensibles et dans une certaine mesure le restent. Vous avez toutefois à la fin une clef qui permet au film de rétrospectivement se livrer à vous.

Je vous mets au défi de comprendre la fin d’Oncle Boonme, de trouver ce fameux lien. Ok tout ça c’est de la vie antérieure… et donc ? Pourquoi paulette se fait baiser par un poisson ? On peut comprendre le lien avec le reste ? On me glisse dans l’oreillette que non.

Alors Céline vous demandera qui a décrété qu’il fallait un scénario pour faire du cinéma et qu’un tableau sans sujet c’est aussi de l’art. Je suis parfaitement d’accord pour la peinture (j’adore le non figuratif) mais j’ai plus de mal à traduire cet argument à la représentation théâtrale ou cinématographique. Ça vous fait rêver vous de voir un type tourner en rond sur un plateau en faisant n’importe quoi ? Pas moi. Autant un tableau sans sujet peut créer en moi de l’émotion, autant un accolement anarchique de scènes pendant plus de deux heures ça ne donne naissance qu’à une seule chose : du sommeil, de l’ennui et de l’agacement.

Apichatpong Veerasethakul a essayé de filmer autrement, je pense que dans sa tête le film a un sens. Il a simplement échoué, ou volontairement refusé de nous permettre de le pénétrer plus avant. Tout ce que j’ai vu c’est des bouts de scènes sans comprendre pourquoi il les avait mises dans son film. C’est dans cette mesure que, moi (et ça n’engage que moi), je dis qu’Oncle Boonme n’est pas du cinéma et que Veerasethakul est un mauvais réalisateur. C’est sûrement de l’art, peut être autre chose mais ça ne correspond pas à ce que je considère comme un film (peut être à tort mais c’est mon opinion).

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M


Je ne savais pas si j'irai voir ce film mais maintenant mon choix est fait : le synopsis ne mattire pas et deux avis assez mitigés, voire négatifs, m'ont aidé à prendre ma décision... Comme je
n'ai pas l'oeil vif en ce moment, je ne voudrais pas m'endormir complètement !



Répondre
C


C'est pas un film évident, et si tu n'as pas envie de le voir, n'y va pas. Je pense qu'il faut être dans le bon état d'esprit, au bon moment, pour être sensible à la poésie.


Si tu le sens pas, n'y va pas car il y a de fortes chances pour que tu t'ennuies ...



B


Et bien tout d'abord, bravo pour avoir eu le courage d'écrire un billet sur ce film !


Je l'ai vu ... et j'avoue n'avoir rien pu en tirer.


Je m'y suis franchement ennuyé, d'autant plus que ça démarrait plutôt bien avec cette scène surréaliste sur la veranda où s'invitent le fantôme de Madame et l'avatar du Fils réincarné en singe
aux yeux rouges.


Mais bon et après ? Et ben après, plus grand chose. Si ce n'est cette longue et mortellement (ah ah !) ennuyeuse balade dans la grotte éclairée à la lampe de poche. Franchement comment ou
pourquoi ce film a-t-il obtenu une Palme ?


Ah oui, c'est vrai, c'est thaïlandais et à la fin il y a quelques plans fixes (des photos) de soldatesque, c'était à l'époque des chemises rouges sans doute et les jurés de Cannes ont confondu
cinéma et chronique politique.


Bien déçu ...



Répondre
C


Tu es plutôt de l'avis de B., en fait ;) !


J'ai personnellement beaucopu aimé cette promenade dans la grotte ... Peut-être parce qu'il m'est souvent arrivée de visiter des grottes ces derniers temps, et que j'ai trouvé que l'alternance
ombre/lumière est très bien rendue. Parce que cette plongée dans l'autre monde, celui qui est entre la vie et la mort, avant la naissance et après le décès, m'a rappelée des mythes greco-romains.


Je pense pas qu'il ait eu la Palme d'or pour des raisons politiques, mais plus parce que le président du jury est complètement barré - et que ce film l'est aussi... D'autres films de la sélection
étaient bien plus politiques !



Présentation

  • : Le blog bleu
  • : Le blog d'une curieuse, avide d'histoires, de récits, de livres, de film et d'imaginaire.
  • Contact

En passant

Envie de vacances, de bouquinage dans un jardin anglais, de farniente...

Recherche

http://www.wikio.fr

Archives

http://www.wikio.fr

Mon planning

Janvier 2013

Lecture commune approximative : Imposture, de Benjamin Markovits, avec George

 

9 Janvier 2013

Lecture commune : Silvia's lovers, de Gaskel, avec Titine

 

20 Janvier 2013

Lecture commune : Les Chouans, de Balzac, avec Maggie, Nathalie , Cléanthe et Marie

 

Février 2013

Lecture commune : La fausse maîtresse, de Balzac, avec Marie

 

4 Mars 2013

Lecture commune : Le temps des métamorphoses, de Poppy Adams, avec Tiphanie, Soukee et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : The scarlett letter, de Nathaniel Hawthorne, avec Noctenbule et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : Quelle époque !, de Trollope, avec Adalana, Shelbylee, Maggie et Titine

 

Avril 2013

Lecture commune : Les vagues, de Virginia Woolf, avec Cléanthe , Anis et Titine


21 Juin 2013

Lecture Commune : Petite soeur, mon amour, avec Valérie

 

 Juin 2013

Lecture de L'Argent, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Juillet 2013

Lecture de La débâcle, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Août 2013

Lecture de Le Docteur Pascal, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

7 Novembre 2013

Lecture de Le dernier Homme de Camus, dans le cadre du défi Albert Camus

Mes défis persos

On peut me retrouver : whoopsydaisy.jpg
Et j'en fais partie :
wildpal9.png
mythesetlégendes

souver10

D'autres blogs de lectures ?

Cuné a fait le compte et c'est !

 

Et Acr0 a recencé les blogs de fantasy, c'est ici