Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 09:00

Antigone.jpg"Je marche, je marche ainsi qu'au temps d'Oedipe, sans savoir où je vais, comme si son vaste dos me précédait toujours et que son pas rythmait encore le cours vacillant de mes pensées."

Je suis sous le choc de cette lecture : le mythe d'Antigone est l'un de ceux qui me touchent le plus, et le lire, traité de manière aussi brillante, m'a encore une fois bouleversée.

Contrairement à Sophocle ou Anouilh qui font commencer leurs pièces après la mort d'Etéocle et de Polynice, Bauchau fait de la lutte fratricide le centre de son récit. Il débute peu après la mort d'Œdipe, quand Antigone quitte les amis qui l'avaient recueillie à Athènes pour rentrer à Thèbes auprès de ses frères. Elle veut arrêter le combat avant le drame, mais elle sera prise contre sa volonté dans la lutte amoureuse que se livre ses deux frères jumeaux. Elle finira par prendre la défense des plus faibles, du peuple thébain assiégé, affamé, des soldats de toute factions blessés et mourants.

 

Ce livre tient vraiment par la galerie de portraits qu'il porte : Antigone, femme-poète, victime expiatoire, adulte jusqu'au bout de ses choix (ce qui la différencie tellement de l'Antigone adolescente d'Anouilh) ; Ismène, fleur fragile et forte, aussi combative que sa soeur, mais plus clairvoyante, déjà tournée vers l'avenir ; Etéocle, le frère d'ombre, sage, obscur, attentionné, d'une intelligence ciselée ; et Polynice, royal, brillant, lumineux dans sa fougue.

L'affrontement entre les deux frères est admirablement décrit. Je laisse Henri Bauchau faire parler ses deux protagonistes à ma place :

 

" ' Polynice en ce moment souffre autant que moi. Je l'ai attiré dans ma nuit, je ne puis, je ne pourrai plus jamais rien pour lui. Dès l'aube il recommencera à rayonner et à emplir l'existence de son rire. Mais je l'ai blessé et il sait maintenant que, pour lui aussi, la nuit existe.' "

"Etéocle m'a volé le trône de Thèbes, nous nous faisons la guerre, c'est bien naturel. Nous nous combattons, nous nous faisons souffrir mais nous vivons fort, beaucoup plus fort. Il me porte des coups superbes, profonds, inattendus, je fais de même. Pense à Nuit, à Jour, que tu vas lui ramener, à tout ce que cela représente de pensées ardentes et de tendues vers l'autre, dans la joie de trouver, de vaincre ou de s'égaler."

 

Mais au delà de cette lutte entre frères, se situe une lutte entre les frères et les sœurs, qui rappelle le dilemne d'Achille : vaut-il mieux une vie dense, lumineuse et brève, ou une vie obscure, paisible et longue ? Les deux soeurs, les deux femmes, rejettent la guerre et toutes ses souffrances ; elles soignent, apaisent, nourrissent, réparent. Les deux frères se battent pour la beauté de la guerre et de l'affrontement. J'ai rarement vu ce dilemne aussi bien décrit que dans ce roman...

 

"Je pousse un nouveau cri pour appeler ceux qui donnent. Je voudrais moi aussi vivre plus longtemps. Je ne connais rien de plus beau, je ne connais rien d'autre que vivre. Les gens viennent, ils souffrent parce que je pleure. Ils me donnent beaucoup, ils croient que je pleure sur les malheurs et les malheureux de Thèbes. Je ne les oublie pas, mais aujourd'hui je ne puis pleurer que sur moi-même."

 

Et la place de l'art ... Car que sont ces êtres héroïques sans aède pour chanter leurs exploits ? Sans sculpteur ? Sans peintre ? Traînent autour d'Antigone, qui, héroïne et artiste, fait figure de pont entre ces artistes et les princes de Thèbes, toute une série d'êtres doux, compatissants et talentueux. C'est grâce à eux que la jeune femme atteindra la vie éternelle.

 

"Ils ne voient plus ni l'un ni l'autre, ils se touchent, elle voit comme moi qu'ils s'ouvrent les bras. Elle entend, comme moi, Etéocle qui dit : 'pourtant frère je t'aimais.' Et Polynice : 'Moi aussi je t'aimais.' "

 

Lu dans le cadre du défi Mythes et Légendes

mythesetlégendes

Partager cet article
Repost0

commentaires

clothilde 21/01/2011 20:20



Sophocle et Anouilh, je connais et c'est facile et vite lu, j'aime beaucoup. Mais là effectivement Etéocle et Polynice sont présents et je dois dire que je ne connaissais pas cette version
d'Antigone. Très tentant.



Céline 25/01/2011 10:20



Laissez-vous tenter car la plume de Bauchau est un régal ...



Karine:) 19/09/2010 13:27



Je crois que je dois relire le mythe original avant de m'y plonger.  Mais je suis quand même bien tentée, j'ai lu beaucoup d'avis fort positifs.



Céline 20/09/2010 16:59



La pièce de Sophocle se lit très très vite, et permet de se remettre l'intrigue en tête. Je te conseille Bauchau de tout mon coeur !



Benjamin 06/09/2010 11:09



Extraordinaire ouvrage, superbe hommage à cette figure emblématique qu'est Antigone. Bauchau est tout simplement le meilleur auteur contemporain que je connaisse.



Céline 06/09/2010 19:52



Que dire de plus ? Il est merveilleux d'humanité et de poésie.



rose 03/09/2010 13:56



Eh bien ton billet me donne très envie de le lire (Bauchau m'a toujours intimidée) !



Céline 03/09/2010 13:59



Je ne connaissais pas avant de le lire, je ne pouvais pas être intimidée !


Mais franchement, il n'y a rien de très 'intellectuel', ou 'bizarre' dans cette Antigone ; ce sont 4 très très beaux personnages qui vivent, aiment et souffrent ensemble.



keisha 02/09/2010 09:10



Je le lirai pour Bauchau, mais pas trop pour Antigone, j'ai trop le souvenir de celle d'Anouilh...



Céline 02/09/2010 09:26



Cette Antigone là est vraiment très différente. On finit par en oublier celle d'Anouilh...



Présentation

  • : Le blog bleu
  • : Le blog d'une curieuse, avide d'histoires, de récits, de livres, de film et d'imaginaire.
  • Contact

En passant

Envie de vacances, de bouquinage dans un jardin anglais, de farniente...

Recherche

http://www.wikio.fr

Archives

http://www.wikio.fr

Mon planning

Janvier 2013

Lecture commune approximative : Imposture, de Benjamin Markovits, avec George

 

9 Janvier 2013

Lecture commune : Silvia's lovers, de Gaskel, avec Titine

 

20 Janvier 2013

Lecture commune : Les Chouans, de Balzac, avec Maggie, Nathalie , Cléanthe et Marie

 

Février 2013

Lecture commune : La fausse maîtresse, de Balzac, avec Marie

 

4 Mars 2013

Lecture commune : Le temps des métamorphoses, de Poppy Adams, avec Tiphanie, Soukee et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : The scarlett letter, de Nathaniel Hawthorne, avec Noctenbule et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : Quelle époque !, de Trollope, avec Adalana, Shelbylee, Maggie et Titine

 

Avril 2013

Lecture commune : Les vagues, de Virginia Woolf, avec Cléanthe , Anis et Titine


21 Juin 2013

Lecture Commune : Petite soeur, mon amour, avec Valérie

 

 Juin 2013

Lecture de L'Argent, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Juillet 2013

Lecture de La débâcle, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Août 2013

Lecture de Le Docteur Pascal, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

7 Novembre 2013

Lecture de Le dernier Homme de Camus, dans le cadre du défi Albert Camus

Mes défis persos

On peut me retrouver : whoopsydaisy.jpg
Et j'en fais partie :
wildpal9.png
mythesetlégendes

souver10

D'autres blogs de lectures ?

Cuné a fait le compte et c'est !

 

Et Acr0 a recencé les blogs de fantasy, c'est ici