Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 09:00

ParisXXemes.jpg"Il parla avec un mépris bienveillant du petit Paris de 1860 et de la petite France du dix-neuvième siècle ; il énuméra à grand renforts d'épithètes les bienfaits de son temps, les communications rapides entre les divers points de la Capitale, les locomotives sillonnant le bitume des boulevards, la force motrice envoyée à domicile, l'acide carbonique détronant la vapeur d'eau, et enfin l'Océan, l'Océan lui-même baignant de ses flots les rivages de Grenelle ; il fut sublime, lyrique, dithyrambique, en somme, parfaitement insupportable et injuste, oubliant que les merveilles du vingtième siècle germaient déjà dans les projets du dix-neuvième."

 

Paris au XXème siècle se passe en 1963. Cette époque voit le triomphe de la mécanique, de la finance et du commerce au dessus de tout. Plus de poésie, plus d'art, plus de littérature, même pas de politique ou de rhétorique. Tout ce qui est considéré comme une perte de temps a disparu au profit de l'efficacité. Et, dans ce monde triste (et passablement kafkaien), on suit Michel et ses amis, les derniers poètes, les derniers amateurs d'art et de beauté.
L'histoire en elle-même est très sombre, très triste, et pas vraiment aboutie. On sent que Verne avait beaucoup souffert pour percer, dans le petit monde industrieux du Second Empire, et ce roman sonne comme une charge contre la société - en même temps qu'un bel hommage à sa vie de jeune artiste misérable et heureux.

Ce livre me met en admiration devant la capacité d'anticipation de Jules Verne : il imagine un Paris qui n'est pas très éloigné de celui qu'on connait. Il y a un métropolitain, un métro aérien, mis en place en 1913 (seulement 13 ans de retard par rapport à la mise en place du vrai métro). Il y a des voitures, actionnées par un moteur à piston (ok, on met du charbon à la place de l'essence, mais quand même). On exécute les condamnés à mort à l'électricité ; la musique est amplifiée grâce à l'électricité, permettant de grands concerts publics...

 

"La caressante démarche de la Parisienne, sa tournure gracieuse, son regard spirituel et tendre, son aimable sourire, son embonpoint juste et ferme à la fois, firent bientôt place à des formes longues, maigres, arides, décharnées, émaciées, efflanquées à une désinvolture mécanique, méthodique et puritaine." - ne croirait-on pas une description de nos mannequins modernes ?

 

Et il n'y a pas que la technique où il montre un talent de devin : l'évolution de la société est aussi assez intéressante à lire. Il prédit que les lettres et l'éducation classique vont être délaissées au profit des sciences. Il imagine un monde où l'art populaire est le théâtre (il n'a pas imaginé le cinéma ni la télé), avec des pièces écrites à la chaine par des écrivaillons à partir de vieilles pièces, et où le fait d'être comédien n'est plus méprisé - bien au contraire. Il imagine assez bien ce qu'est l'art moderne, tant pour la musique classique, que pour la peinture : "Mais, dit Michel, c'est comme si on faisait de la peinture sans dessin ni couleur.", me fait penser à certains artistes actuels (moi, j'adore, mais je lis entre les lignes que Verne n'aurait pas aimé !). Il prédit que l'anglais prendra une place de plus en plus importante dans la langue française - et même que chez les femmes, la minceur, voire la maigreur, deviendra plus à la mode qu'un "embonpoint juste et ferme".

 

"Que veux-tu, mon ami, nous en sommes arrivés là par la force des choses ; au siècle dernier, un certain Richard Wagner, une sorte de messie qu'on n'a pas assez crucifié, fonda la musique de l'avenir, et nous la subissons ; de son temps, on supprimait déjà la mélodie, il jugea convenable de mettre également l'harmonie à la porte, et la maison est restée vide."

"Vous comprenez qu'on ne s'introduit pas impunément pendant un siècle du Verdi ou du Wagner dans les oreilles sans que l'organe auditif ne s'en ressente."

 

Et ce livre est génial également pour les opinions de Jules sur ses contemporains : en deux mots, il vénère Hugo, Balzac, Lamartine, Musset, Stendhal, et déteste Paul de Kock. Il a quelques mots très jolis sur Sand "un merveilleux génie, l'un des plus grands écrivains de la France". Il y a quelques pages très drôles et très émouvantes à lire : on sent le jeune homme qui a passé sa jeunesse dans les livres et qui cherche à rendre hommages aux auteurs qui l'ont accompagné.

Enfin, pour conclure, la description d'un appartement qui pour moi sonne comme l'appartement idéal :
"Le petit salon, qui formait tout l'appartement avec la chambre à coucher, était tapissé de livres ; les murs disparaissaient derrière les rayons ; les vieilles reliures offraient au regard leur bonne couleur brunie par le temps. Les livres, trop à l'étroit, faisaient invasion dans la chambre voisine, se glissant au-dessus des portes et dans la baie intérieure des fenêtres ; on en voyait sur les meubles, dans la cheminée et jusqu'au fond des placards entrouverts ; ces précieux volumes ne ressemblaient pas à ces livres des riches, logés dans des bibliothèques aussi riches qu'opulentes ; ils avaient l'air d'être chez eux, maîtres au logis, et fort à leur aise, quoiqu'empilés ; d'ailleurs, pas un grain de poussière, pas une corne à leurs feuillets, pas une tâche à leur couverture ; on voyait qu'une main amie faisait chaque matin leur toilette."


Lu dans le cadre du challenge Jules Verne

challenge-Jules-Verne.jpg

Lu dans le cadre du challenge Steampunk

Eye Steampunk
_________________

Partager cet article
Repost0

commentaires

choupynette 03/01/2012 18:42


Voilà un roman qui sommeille depuis des lustres dans ma pal, je comptais lire Michel Strogoff pour le défi Jules Verne, j'ajoute celui-ci, en priorité!

Céline 04/01/2012 23:16



Il se lit plus vite que Michel Strogoff !



Vert 02/01/2012 10:20


Ah il a l'air bien intéressant celui-là, faudrait ptêtre que je le lise ^^

Céline 04/01/2012 23:09



Il est très très très bien !



maggie 02/01/2012 09:57


Voici un livre que je vais me dépêcher de trouver ! Je suis étonnée de voir que Jules Verne est destinée au enfant : ca doit être difficile pour eux de le lire !

Céline 04/01/2012 23:07



Ce roman là de Jules Verne n'est clairement pas destiné aux enfants. D'ailleurs, j'avais essayé de le lire quand il est sorti (j'étais une jeune ado) et je n'avais pas accroché du tout.



Anis 02/01/2012 09:52


Ce que tu racontes de ce livre est passionnant. C'est curieux tout de m^me qu'il n'ait pas pensé à la télévision. Hier soir à la télé, était rediffusé "Voyage au centre de la Terre". Jules Verne
est donc toujours d'actualité.

Céline 04/01/2012 23:04



Jules Verne était incroyablement moderne, mais il n'a pas pensé à la télévision !



Présentation

  • : Le blog bleu
  • : Le blog d'une curieuse, avide d'histoires, de récits, de livres, de film et d'imaginaire.
  • Contact

En passant

Envie de vacances, de bouquinage dans un jardin anglais, de farniente...

Recherche

http://www.wikio.fr

Archives

http://www.wikio.fr

Mon planning

Janvier 2013

Lecture commune approximative : Imposture, de Benjamin Markovits, avec George

 

9 Janvier 2013

Lecture commune : Silvia's lovers, de Gaskel, avec Titine

 

20 Janvier 2013

Lecture commune : Les Chouans, de Balzac, avec Maggie, Nathalie , Cléanthe et Marie

 

Février 2013

Lecture commune : La fausse maîtresse, de Balzac, avec Marie

 

4 Mars 2013

Lecture commune : Le temps des métamorphoses, de Poppy Adams, avec Tiphanie, Soukee et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : The scarlett letter, de Nathaniel Hawthorne, avec Noctenbule et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : Quelle époque !, de Trollope, avec Adalana, Shelbylee, Maggie et Titine

 

Avril 2013

Lecture commune : Les vagues, de Virginia Woolf, avec Cléanthe , Anis et Titine


21 Juin 2013

Lecture Commune : Petite soeur, mon amour, avec Valérie

 

 Juin 2013

Lecture de L'Argent, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Juillet 2013

Lecture de La débâcle, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Août 2013

Lecture de Le Docteur Pascal, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

7 Novembre 2013

Lecture de Le dernier Homme de Camus, dans le cadre du défi Albert Camus

Mes défis persos

On peut me retrouver : whoopsydaisy.jpg
Et j'en fais partie :
wildpal9.png
mythesetlégendes

souver10

D'autres blogs de lectures ?

Cuné a fait le compte et c'est !

 

Et Acr0 a recencé les blogs de fantasy, c'est ici