Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 08:00

Birotteau.jpg"Peut-être me suis-je rendu digne de cette insigne et royale faveur en siégeant au tribunal consulaire et en combattant pour la cause royale au treize vendémiaire, à Saint-Roch, où je fus blessé par Napoléon."


César Birotteau raconte la vie du personnage éponyme, un tourangeau monté à Paris pour y être commis dans une parfumerie, la Reine des Roses, avant d'en devenir premier commis puis patron quand les patrons précédents décident de prendre leur retraite. Il y vit entouré de sa femme, Constance, une ancienne beauté de Paris, mais qui a su garder la tête sur les épaules et un solide bon sens, qu’il aime comme un adolescent aime son premier amour (c’est extrêmement touchant), et de sa fille Césarine, qu’il élève comme une demoiselle, et que tous les commis veulent épouser, pour hériter de la baraque (ça, c’est du Tillet) ou parce qu’ils sont sincèrement amoureux de la jeune fille (ça, c’est Anselme Popinot).

Quand commence le roman, César s’apprête à recevoir la légion d’honneur, en reconnaissance de sa réussite (après tout, de rien du tout, il est devenu un vrai bourgeois), mais également de son engagement royaliste de la blessure reçue contre Napoléon, lors des combats de Saint-Roch, le 13 Vendémiaire An IV.

Pour fêter ça, il décide d’agrandir sa boutique, de donner un bal, et se met à tremper dans une spéculation qui fait trembler sa femme, qu’un rêve prémonitoire, où elle se tenait mendiante devant la porte de sa boutique, trouble.

 

Je dois vous avouer que je n’ai pas tout saisi de la finesse de la spéculation. Et la confusion que j’ai entretenue durant toute ma lecture entre Ragon et Roguin ne m’a pas aidée, au contraire. Je plaide aussi coupable pour les pages consacrées aux aspects juridiques de la faillite d’un commerce de détail dans les années 1820 – je les ai justes parcourues.

J’ai été en revanche saisie par la richesse et la causticité des descriptions que fait Balzac. César Birotteau est l’occasion d’un tour d’horizon de la bourgeoisie parisienne, la dépensière, l’avare, la jeune, la vieille, la sage, la dissolue. Et chaque portrait est accompagné de quelques phrases qui font mouche.


« Monsieur Molineux était un petit rentier grotesque, qui n’existe qu’à Paris, comme un certain lichen ne croît qu’en Islande. Cette comparaison est d’autant plus juste que cet homme appartenait à une nature mixte, à un Règne Animo-Végétal […] Ce petit vieillard ennuyeux n’avait ni femme, ni enfant, ni neveu, ni nièce ; il rudoyait trop sa femme de ménage pour en faire un souffre-douleur, car elle évitait tout contact en accomplissant rigoureusement son service. Ses appétits de tyrannie étaient donc trompés ; pour les satisfaire, il avait patiemment étudié les lois sur le contrat de louage et sur le mur mitoyen ; il avait approfondi la jurisprudence qui régit les maisons à Paris dans les infiniment petits des tenants, aboutissants, servitudes, impôts, charges, balayages, tentures à la Fête-Dieu, tuyaux de descente, éclairage, saillies sur la voix publique, et voisinage d’établissements insalubres. »


Et au milieu, il y a la très charmante histoire d’amour entre Césarine et Anselme, presque trop belle pour être vraie, qui m’a fait beaucoup penser à ce qu’aurait pu être l’amour entre Colomban et Geneviève Baudu, dans le Bonheur des Dames.

De façon générale, César Birotteau m’a fait beaucoup penser au Bonheur. J’avais lu quelque part que Zola écrit les Rougon-Macquart pour faire la Comédie Humaine du Second Empire. Si c’est le cas, le Bonheur est la réponse de Zola à César Birotteau. Beaucoup de notions abordées par Zola dans son roman sont déjà présentes en filigrane ici : la spéculation immobilière (ici à Madeleine, chez Zola à Opéra, mais les deux quartiers ne sont pas bien loin) ; l’organisation d’un petit commerce ; les changements que la publicité y apportent ; les relations patrons/employés…

 

Lu dans le cadre du challenge Balzac

Balzac

Partager cet article

Repost 0

commentaires

maggie 17/12/2012 17:59


quel plaisir de voir une lectrice de Balzac ! J'ai hâte de pouvoir lire les tomes manquant de ma comédie humaine... Est-ce que tu as lu Mme Firmiami, une nouvelle de balzac ?

Céline 18/12/2012 09:35



Je ne l'ai pas encore lue, mais je crois qu'elle traine quelque part dans ma bibliothèque, dans un recueil.



Marie 16/12/2012 15:34


Encore un roman que j'ai relu avec beaucoup de plaisir. Et ta comparaison avec Le bonheur des dames me semble juste à moi aussi.


(J'ai repris le lien.)

Céline 18/12/2012 09:34



Merci !!



L'Irrégulière 14/12/2012 12:24


C'est le seul Balzac qui a été un échec pour moi. Et pourtant, ô combien le thème me passionnait !

Céline 18/12/2012 09:28



Ah bon ??? Je trouve que c'est l'un des plus faciles à lire. D'habitude, Balzac met 100 pages à commencer son intrigue, et là elle débute très vite. Qu'est ce qui t'a rebutée ?



cleanthe 13/12/2012 12:45


Un bon souvenir de lecture. C'est le préambule indispensable au Bonheur des dames. Le début de ce petit commerce qui vient s'échouer contre le roc des Grands magasins. Le passage d'une
bourgeoisie à une autre.

Céline 18/12/2012 09:27



Avoir lu l'un et l'autre dans la foulée m'a vraiment mis ça en lumière. Les Baudu sont les Birotteau d'autrefois, mais incapable de se mettre à la nouvelle manière de vendre. Mais je me demande
si Popinot n'a pas du Mouret en lui, avec sa manie de faire de la réclame :)



Présentation

  • : Le blog bleu
  • : Le blog d'une curieuse, avide d'histoires, de récits, de livres, de film et d'imaginaire.
  • Contact

En passant

Envie de vacances, de bouquinage dans un jardin anglais, de farniente...

Recherche

http://www.wikio.fr

Archives

http://www.wikio.fr

Mon planning

Janvier 2013

Lecture commune approximative : Imposture, de Benjamin Markovits, avec George

 

9 Janvier 2013

Lecture commune : Silvia's lovers, de Gaskel, avec Titine

 

20 Janvier 2013

Lecture commune : Les Chouans, de Balzac, avec Maggie, Nathalie , Cléanthe et Marie

 

Février 2013

Lecture commune : La fausse maîtresse, de Balzac, avec Marie

 

4 Mars 2013

Lecture commune : Le temps des métamorphoses, de Poppy Adams, avec Tiphanie, Soukee et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : The scarlett letter, de Nathaniel Hawthorne, avec Noctenbule et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : Quelle époque !, de Trollope, avec Adalana, Shelbylee, Maggie et Titine

 

Avril 2013

Lecture commune : Les vagues, de Virginia Woolf, avec Cléanthe , Anis et Titine


21 Juin 2013

Lecture Commune : Petite soeur, mon amour, avec Valérie

 

 Juin 2013

Lecture de L'Argent, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Juillet 2013

Lecture de La débâcle, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Août 2013

Lecture de Le Docteur Pascal, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

7 Novembre 2013

Lecture de Le dernier Homme de Camus, dans le cadre du défi Albert Camus

Mes défis persos

On peut me retrouver : whoopsydaisy.jpg
Et j'en fais partie :
wildpal9.png
mythesetlégendes

souver10

D'autres blogs de lectures ?

Cuné a fait le compte et c'est !

 

Et Acr0 a recencé les blogs de fantasy, c'est ici