Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 13:13
Diaboliques.jpg"Pour lui, cette femme qui s'en allait devant lui, déferlant onduleusement comme une vague, n'était qu'une fille du plus bas étage ; mais elle était d'une telle beauté qu'on pouvait s'étonner que cette beauté ne l'eût pas classée plus haut, et qu'elle n'eût pas trouvé un amateur qui l'eût sauvé de l'abjection de la rue, car, à Paris, lorsque Dieu y plante une jolie femme, le Diable, en réplique, y plante immédiatement un sot pour l'entretenir."

Ahhh, qu'elles sont diaboliques, ces femmes. Qu'elles sont éloignées de gentilles et douces oies blanches qui écoutent le narrateur dans un salon cossu, qui frémissent et s'inquiètent. Pas de peur, chez les Diaboliques, pas d'angoisse ou de crainte. Un courage, une force animale les poussent vers le plaisir et la débauche. Bien loin des donzelles du quartier Saint-Germain, les Diaboliques sont maîtresses de leur vie, elles choisissent l'homme qu'elles vont aimer, ou dans les bras duquel elles vont jouir. Elles aiment le plaisir charnel, et comme des animaux, des panthères à la fourrure moirée, des serpentes froides et cruelles, elle s'y complaisent.
De quoi faire trembler les dames comme il faut, dont Barbey règle le compte en quelques mots acerbes : "Mlle Delphine de Cantor, élevée aux Bénédictines où, sans nulle vocation religieuse, elle s'était horriblement ennuyée, en était sortie pour s'ennuyer dans sa famille, jusqu'au moment où elle épousa le comte de Savigny, qu'elle aima, ou crut aimer, avec la facilité des jeunes filles ennuyées à aimer le premier venu qu'on leur présente."
Même si c'est d'elles que Barbey recherche la compagnie, pour elles qu'il écrit cet opus qui doit les éloigner du péché, ce ne sont pas ces cygnes qui font rêver et fantasmer Barbey. C'est plutôt la jeune fille qui traverse toutes les nuits la chambre parentale, longe le lit où dort sa mère et ronfle son père, pour aller rejoindre son amant et, sans un mot, coucher avec lui. C'est plutôt la jeune femme, maîtresse d'arme, toujours vêtue en homme, qui va tuer de sang froid l'épouse de son amant. La noble espagnole vertueuse qui se venge de son époux en se prostituant dans les rues les plus sales de Paris. La rougissante maîtresse d'un officier de Napoléon qui va prendre comme amant l'un après l'autre, tous les collègues de son compagnon. C'est ... Ce sont toutes ces femmes indépendantes et égoïstes, ces femmes qui font l'amour comme le font les hommes, qui sont aussi diaboliques que leurs compagnons.

"Cependant, les crimes de l'extrême civilisation sont, certainement, plus atroce que ceux de l'extrême barbarie par le fait de leur raffinement, de la corruption qu'ils supportent et de leur degré supérieur d'intellectualité."
C'est ce que Barbey va prouver à toutes les pages de ce recueil, s'amusant à imaginer les tortures les plus perverses et et les plus vicieuses, à faire frissonner ses lectrices attentives, comme il les voit frissonner dans les salons. Et il le fait avec style, avec allure, avec son écriture si chargée, si élégante, si précieuse. Je ne résiste pas au plaisir d'un dernier extrait :
"Il faisait ce jour-là, un de ces temps d'automne, gais et clairs, à arrêter les hirondelles qui vont partir. Midi sonnait à Notre-Dame, et son grave bourdon semblait verser, par-dessus la rivière verte et moirée aux piles des pont, et jusque par-dessus nos têtes, tant l'air ébranlé était pur ! de longs frémissements lumineux."

J'ai adoré !
Partager cet article
Repost0

commentaires

Popila 15/02/2010 22:28


J'ai lu Les Diaboliques de Barbey d'Aurevilly il y a quelques années, et j'avais beaucoup aimé ce style balzacien mâtiné de thèmes préfreudiens... tu mes donnes envie de relire ces six
nouvelles.


Céline 16/02/2010 16:58


Je trouve son style encore meilleur que celui de Balzac (et pourtant, Balzac, c'est mon chouchou !) : encore plus riche, plus précieux ... ça me fait penser à un salon avec de lourdes tentures de
velours et des dorures partout !


Présentation

  • : Le blog bleu
  • : Le blog d'une curieuse, avide d'histoires, de récits, de livres, de film et d'imaginaire.
  • Contact

En passant

Envie de vacances, de bouquinage dans un jardin anglais, de farniente...

Recherche

http://www.wikio.fr

Archives

http://www.wikio.fr

Mon planning

Janvier 2013

Lecture commune approximative : Imposture, de Benjamin Markovits, avec George

 

9 Janvier 2013

Lecture commune : Silvia's lovers, de Gaskel, avec Titine

 

20 Janvier 2013

Lecture commune : Les Chouans, de Balzac, avec Maggie, Nathalie , Cléanthe et Marie

 

Février 2013

Lecture commune : La fausse maîtresse, de Balzac, avec Marie

 

4 Mars 2013

Lecture commune : Le temps des métamorphoses, de Poppy Adams, avec Tiphanie, Soukee et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : The scarlett letter, de Nathaniel Hawthorne, avec Noctenbule et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : Quelle époque !, de Trollope, avec Adalana, Shelbylee, Maggie et Titine

 

Avril 2013

Lecture commune : Les vagues, de Virginia Woolf, avec Cléanthe , Anis et Titine


21 Juin 2013

Lecture Commune : Petite soeur, mon amour, avec Valérie

 

 Juin 2013

Lecture de L'Argent, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Juillet 2013

Lecture de La débâcle, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Août 2013

Lecture de Le Docteur Pascal, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

7 Novembre 2013

Lecture de Le dernier Homme de Camus, dans le cadre du défi Albert Camus

Mes défis persos

On peut me retrouver : whoopsydaisy.jpg
Et j'en fais partie :
wildpal9.png
mythesetlégendes

souver10

D'autres blogs de lectures ?

Cuné a fait le compte et c'est !

 

Et Acr0 a recencé les blogs de fantasy, c'est ici