Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 00:00

Mulvaneys.jpg"Jamais plus sous le même toit que Michel Mulvaney. En fait, il me semblait que Michel Mulvaney était mort et qu'un autre homme avait pris sa place, un homme qui ne lui ressemblait même pas tant que ça ; et peut-être était-ce une bonne chose."

 

L'immense avantage de Joyce Carol Oates, c'est que l'on sait à l'avance qu'on va lire une histoire douloureuse, perverse, une critique acerbe de l'American way of life, et qu'en plus, elle va être admirablement écrite. Cela ne me dérange absolument pas, car j'aime me laisser emporter dans l'univers glauque de cette auteur. Mais elle devrait faire attention : cela risque de lui coûter le Nobel...

Nous étions les Mulvaneys ne déroge pas à la règle, et le fait avec un talent admirable. Dès les premières pages, dès que l'on rentre dans la ferme fantasque et chaleureuse des Mulvaneys, on sait que quelque chose s'est produit, que quelque chose a détruit cet univers, et que la fille Mulvaney, la belle, la lumineuse, la chaleureuse Marianne en est la cause.

 

Le père Mulvaney, Michel, est un être brut, robuste, fort, dynamique, une de ces forces de la nature, domestiqué par sa femme Corinne. Michel est l'énergie qui fait mouvoir la ferme, que Corinne la canalise. Pépiant comme un oiseau, s'occupant deci delà, préparant les repas, et priant, priant beaucoup, elle fait tourner la maisonnée. Quatre enfants à s'occuper, une ferme, et des quantités d'animaux, de chevaux, d'oiseaux, de chats, c'est du travail.

Des quatre enfants, Michael est l'aîné, champion de foot dynamique et américain jusqu'au bout des ongles ; Patrick vient après, le rêveur plongé la tête dans les livres ; puis Marianne, la belle Marianne, la fée joyeuse de la famille ; et enfin Judd, le petit dernier, celui qui nous introduit dans cette famille, et qui regrette les années perdues d'avant sa naissance.

 

Et puis, une nuit, lors d'une soirée de Saint-Valentin trop arrosée, le drame va advenir. Pendant longtemps, la pudeur (et non je ne sais quel suspense comme j'ai pu lire ça et là), la pudeur va empêcher la famille d'accepter ce qui s'est passé : le viol de Marianne. 

De cette tâche de sang et de sperme originale, les Mulvaneys ne se remettront pas, et la famille implosera. C'est ce que nous raconte Oates, décortiquant comment cette première fêlure va s'étendre, puis briser le miroir parfait de la famille Mulvaney. La honte, la douleur, l'amour tellement fort qu'il en blesse, la déception, et quelque part, la force de s'en sortir.

Ce n'est pas un roman pessismiste : il se termine même en happy end, un happy end un peu forcé. Mais c'est un roman violent, sombre, déchirant qui m'a bien souvent laissée en larmes.

 

L'Express en a publié le premier chapitre, juste pour vous allécher.

 

Un grand roman, et du JCO typique

 

oates-challenge

Partager cet article

Repost0

commentaires

Aileean 26/09/2010 18:41



Il faut à tout prix que je me le procure!!! Depuis le temps que je lis des critiques, il me fait vraiment envie...



Céline 27/09/2010 22:46



Oui ! Oui ! Oui !



Karine:) 21/09/2010 16:16



Je me rappelle d'une atmosphère dure et d'un roman que j'avais beaucoup apprécié même si le personnage de la mère m'avait un peu énervée.  Je passe mon temps à me dire que je vais relire
l'auteure... et bon, ça n'a jamais adonné de nouveau.  C'est pas l'envie qui manque, pourtant!



Céline 27/09/2010 22:23



La mère est trop gentille, trop conciliante et elle m'a souvent agacée.


Le personnage de Marianne est en revanche très beau.



maggie 20/09/2010 20:20



Je connais depuis peu JCO à travers la lecture de délicieuses pourritures, et j'aime bien sa manière de décrire l'envers du rêve américain : ce titre ou un autre, mais sûr j'en lirai un autre !



Céline 27/09/2010 22:23



J'ai adoré aussi Délicieuses pourritures. Elle a un talent indéniable pour peindre les lâchetées humaines.



Choupynette 20/09/2010 20:05



Une super saga familiale, terrible, douloureuse, mais comme tu l'as souligné, pas exempte d'espoir. Un de mes coups de coeur de 2007.



Céline 27/09/2010 22:22



J'ai attendu longtemps avant de l'ouvrir, mais il restera aussi dans mes coups de coeur !



George 20/09/2010 18:48



Un vrai coup de coeur pour moi pour ce roman... sans doute celui qui m'a donné envie d'en lire d'autres !



Céline 27/09/2010 22:22



J'ai découvert JCO avec Mère disparue et Les chutes, deux livres très différents qui m'ont donné envie de mieux connaître l'auteur.


Mais je pense que j'aurais été encore plus accrochée si j'avais commencé avec les Mulvaneys !



Présentation

  • : Le blog bleu
  • : Le blog d'une curieuse, avide d'histoires, de récits, de livres, de film et d'imaginaire.
  • Contact

En passant

Envie de vacances, de bouquinage dans un jardin anglais, de farniente...

Recherche

http://www.wikio.fr

Archives

http://www.wikio.fr

Mon planning

Janvier 2013

Lecture commune approximative : Imposture, de Benjamin Markovits, avec George

 

9 Janvier 2013

Lecture commune : Silvia's lovers, de Gaskel, avec Titine

 

20 Janvier 2013

Lecture commune : Les Chouans, de Balzac, avec Maggie, Nathalie , Cléanthe et Marie

 

Février 2013

Lecture commune : La fausse maîtresse, de Balzac, avec Marie

 

4 Mars 2013

Lecture commune : Le temps des métamorphoses, de Poppy Adams, avec Tiphanie, Soukee et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : The scarlett letter, de Nathaniel Hawthorne, avec Noctenbule et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : Quelle époque !, de Trollope, avec Adalana, Shelbylee, Maggie et Titine

 

Avril 2013

Lecture commune : Les vagues, de Virginia Woolf, avec Cléanthe , Anis et Titine


21 Juin 2013

Lecture Commune : Petite soeur, mon amour, avec Valérie

 

 Juin 2013

Lecture de L'Argent, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Juillet 2013

Lecture de La débâcle, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Août 2013

Lecture de Le Docteur Pascal, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

7 Novembre 2013

Lecture de Le dernier Homme de Camus, dans le cadre du défi Albert Camus

Mes défis persos

On peut me retrouver : whoopsydaisy.jpg
Et j'en fais partie :
wildpal9.png
mythesetlégendes

souver10

D'autres blogs de lectures ?

Cuné a fait le compte et c'est !

 

Et Acr0 a recencé les blogs de fantasy, c'est ici