Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 09:00

Potiche.jpgL'avis de Céline :

 

"Je représente un patronnat souriant, juste, chaleureux."

Potiche commence comme un Walt Disney : on y voit Deneuve Mme Pujol faire un footing dans une forêt, sur les berges d'un lac, et s'arrêter pour observer un daim qui la regarde, des petits lapins, des oiseaux qui chantent. Mais le ver est dans le fruit : les lapins forniquent comme de gros dégueulasses, et les lèvres de Deneuve Mme Pujol s'arrondissent pour former un "ohhhhhhhh", réprobateur.

Ce début est à l'image du film, ou du moins de sa première partie : un monde parfait et idyllique, violement coloré et sonorisé aux chansons pop des années 70, une famille de pub pour le café avec un ver au milieu, M. Pujol. Ou plutôt, le machisme et paternalisme qu'il représente, violent, caractériel, et profondément hautain.

Sauf que lorsque M Pujol est terrassé par une crise cardiaque et doit prendre trois mois de repos, qui peut le remplacer à la tête de l'entreprise familiale de parapluies, si ce n'est sa femme ?

La seconde partie du film prend un tour plus politique (déjà amorcé par quelques répliques bien senties de la première partie : "Travailler plus pour gagner plus", dit M. Pujol), et Mme Pujol, tailleur blanc, ordre juste à la bouche, et chabichou à la main, devient une parodie de Ségolène Royal. Et, dois-je l'avouer ?, c'est la partie du film que j'ai préféré. J'ai (et la salle avec moi) hurlé de rire en voyant Mme Pujol faire campagne !

 

Ce film, merveilleusement drôle et caricatural, est magistralement servi par ses acteurs, qui semblent prendre un plaisir immense à jouer. Deneuve est brillante dans le rôle de la maîtresse de maison révoltée, jouant avec autant de talent la potiche, la patronne et la Ségolène ; Lucchini ne parle pas trop, pour une fois ; et Depardieu est juste, sans en faire trop, se laissant porter par sa présence.

Il est filmé avec dynamisme, rythme, et porté par une bande son joyeuse et des couleurs fraiches et pop.

Un vrai petit bonheur !

 

Céline

 


 

L’avis de B :

 

Cuit cuit fait le zoizeau, [hmpf] [hmpf] fait le lapin (je sais, les lapins ne font pas de bruit mais là vu qu'ils copulent comme des saligauds ils s'oublient un peu) et brame brame fait le daim dans un chouette sous-bois aussi coloré que le jogging Adidas rouge et jaune de la femme qui y fait péniblement son jogging avec une sorte de choucroute improbable sur la tête et bandana assorti. Gros plan sur les meugnons petits Zanimaux (dont deux en pleine conception) et la belle (bon elle a le visage quelque peu figé diraient les mauvaises langues dont je suis) qui tire son calepin pour composer un petit poème bucolique à se suicider de niaiserie et de kitsch (ok le texte est juste niaisissime mais c’est compter sans le ton dont le récite Catherine Deneuve dont l’ensemble des neurones semble à l’occasion s’être invité à une suicide party de l’ordre du temple solaire… jubilatoire !).

Bienvenue donc dans les années 70, bienvenue dans la vie de Suzanne Pujol, grande bourgeoise/bobonne tellement cocue que Saint Pierre se sert de ses cornes comme porte manteau au paradis (à droite en entrant dans son bureau).

Son mari (Lucchini excellentissime – merci à Ozon de savoir diriger et canaliser ses acteurs) dirige l’usine de parapluies qu’elle a hérité de son père d’une main de fer dans un gant de boxe (les mains qu’il a quelque peu baladeuses surtout dans l’environnement immédiat de sa secrétaire dont la spécialité ne semble pas exactement être le potage de légume – Karin Viard elle aussi excellente). Il joue avec bonheur et talent le cliché le plus jubilatoire de salopard de patron dégueulasse, mari indigne, machiste forcené et manipulateur.

A la suite d’un conflit social réglé à la méthode Sarkozy, c'est-à-dire pas réglé du tout puisqu’on a rarement calmé une crise sociale à coup de « casse toi pauvre con », notre cher Monsieur Pujol fait une attaque et disparait de la circulation le temps d’une croisière pour calmer ses nerfs (la référence n’est pas neutre, on retrouve tout le vocabulaire et plus qu’un semblant de la personnalité de notre cher et adoré président dans ce personnage).

C’est donc la potiche de service qui est désignée pour faire de la figuration dans le fauteuil directorial le temps que son mari revienne. Surprise générale ! Madame Pujol se révèle aux yeux du monde et à elle-même. Patronne géniale, prônant avec succès le dialogue social, elle charme tout le monde y compris le député communiste du coin avec qui elle a eu une petite idylle quelques années auparavant dans un coin de bosquet reculé (Depardieu lui aussi énorme - ok elle était facile - grâce encore une fois au talent d’Ozon dans la direction d’acteurs).

A la suite d’un concours de circonstances, Madame Pujol décide ensuite de se lancer en politique et c’est là que le film devient le plus jubilatoire ! Nous assistons médusés à une parodie hilarante de la campagne présidentielle de Ségolène Royal, chabichou et ordre juste à l'appui. J’ai pleuré de rire en voyant Catherine Deneuve débarquer en tailleur blanc, totalement hiératique et dire devant une salle en délire : « Pour moi vous êtes tous de grands enfants qui ont besoin d’être chouchoutés, c’est pour ça que je veux être votre maman à tous ! » d’un air parfaitement Ségolenesque, la salle scandant en cœur « Maman ! Maman ! Maman ! ».

Bref, si vous rêvez de voir ce que pourrait donner le mariage improbable de Sarkozy et Ségolène Royal dans des années 70 plus vraies que nature, avec des seconds rôles tous plus hilarants les uns que les autres, voir Catherine Deneuve nous refaire la fièvre du samedi soir avec Depardieu au Badaboum et surtout, goûter à un vrai moment de poésie dans le petit bosquet au début, courez-y !

B.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L


J'ai vraiment très envie de le voir, il paraît qu'il est excellent en effet. Dans le genre hallucinant et franchouillard il y a aussi "Une histoire de nom" vu la semaine dernière à la demande
d'une copine... ce n'est pas le film du siècle mais j'ai passé un bon moment et c'est complètement loufoque.



Répondre
C


Il est vraiment drôle et frais.


C'est quoi ce film, Une histoire de nom ? C'est pas " Le nom des gens" ? Si c'est celui là, on est allés le voir, et on a adoré ! Il faut que j'en fasse un billet, d'ailleurs !



D


Bonsoir, un excellent film de divertissement avec une Deneuve inattendue. Je suis peut-être la seule à ne pas avoir fait le rapprochement avec Ségolène: pas tout à fait la même génération et puis
j'ai l'image de Jacqueline Maillan dans la tête. Godrèche, Viard, Luchini, Depardieu, Rénier sont bien. Bonne soirée.



Répondre
C


Tous les acteurs sont très bien dirigés, et en particulier ceux qui ont tendance à en faire trop. Ozon est un maître !



S


Vous avez tous les deux réussi à me donner très envie de le voir... j'aime les films de Ozon même si certains vont trop mon goût mais là ça devrait aller :)



Répondre
C


C'est chouette ça !


J'espère que ta séance va te plaire :)



C


je me suis régalée! c'est délicieusement 70's, plein de références à l'actualité, et toujours très bien joué.



Répondre
C


C'set tellement frais !



E


Après avoir vu la bande annonce, j'avoue que ce film me tente beaucoup, d'autant plus que je suis fan de Luchini (l'acteur et l'homme)... alors c'est oui !



Répondre
C


Lucchini est excellent dans ce film ! Il joue très bien, un rôle à mille lieux de ses rôles habituels.



Présentation

  • : Le blog bleu
  • : Le blog d'une curieuse, avide d'histoires, de récits, de livres, de film et d'imaginaire.
  • Contact

En passant

Envie de vacances, de bouquinage dans un jardin anglais, de farniente...

Recherche

http://www.wikio.fr

Archives

http://www.wikio.fr

Mon planning

Janvier 2013

Lecture commune approximative : Imposture, de Benjamin Markovits, avec George

 

9 Janvier 2013

Lecture commune : Silvia's lovers, de Gaskel, avec Titine

 

20 Janvier 2013

Lecture commune : Les Chouans, de Balzac, avec Maggie, Nathalie , Cléanthe et Marie

 

Février 2013

Lecture commune : La fausse maîtresse, de Balzac, avec Marie

 

4 Mars 2013

Lecture commune : Le temps des métamorphoses, de Poppy Adams, avec Tiphanie, Soukee et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : The scarlett letter, de Nathaniel Hawthorne, avec Noctenbule et Titine

 

Mars 2013

Lecture commune : Quelle époque !, de Trollope, avec Adalana, Shelbylee, Maggie et Titine

 

Avril 2013

Lecture commune : Les vagues, de Virginia Woolf, avec Cléanthe , Anis et Titine


21 Juin 2013

Lecture Commune : Petite soeur, mon amour, avec Valérie

 

 Juin 2013

Lecture de L'Argent, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Juillet 2013

Lecture de La débâcle, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

 Août 2013

Lecture de Le Docteur Pascal, d'Emile Zola dans le cadre du défi On a une relation comme ça, Emile Zola et moi

 

7 Novembre 2013

Lecture de Le dernier Homme de Camus, dans le cadre du défi Albert Camus

Mes défis persos

On peut me retrouver : whoopsydaisy.jpg
Et j'en fais partie :
wildpal9.png
mythesetlégendes

souver10

D'autres blogs de lectures ?

Cuné a fait le compte et c'est !

 

Et Acr0 a recencé les blogs de fantasy, c'est ici